/news/currentevents

La petite Anna-May perd la vie en se rendant au camp de jour

Alex Drouin | Collaboration spéciale Le Journal de Montréal

La mignonne Anna-May St-Jean se rendait à l’école La Myriade à l’angle des rues Monfette et Saint-Paul

Facebook

La mignonne Anna-May St-Jean se rendait à l’école La Myriade à l’angle des rues Monfette et Saint-Paul

Une fillette de 7 ans qui se rendait à son camp de jour s’est fait heurter mortellement par un camion de livraison de bière alors qu’elle aurait tenté de récupérer sa casquette qui était tombée dans la rue.

« Elle était en train de traverser la rue et s’est virée de bord pour ramasser sa calotte », a raconté au Journal Jasmine Pruneau, témoin de la scène fatale et qui connaissait bien la petite victime.

Anna-May St-Jean se rendait à l’école La Myriade à l’angle des rues Monfette et Saint-Paul où se tenait un camp de jour organisé par la Ville de Victoriaville quand un camion de livraison l’aurait écrasée. 

À LIRE AUSSI

Une fillette de 7 ans heurtée à mort par un poids lourd

« Le camionneur a fait son stop et il était en train de repartir. Il s’est arrêté lorsqu’il a entendu les gens crier, mais il était trop tard », a confié avec des trémolos dans la voix Mme Pruneau, une amie de la famille qui a été témoin de la scène par hasard. 

La petite fille n’a eu aucune chance. La Sûreté du Québec a été avare de commentaires sur les circonstances de l’accident. Elle a quand même confirmé le décès de l’enfant sur les lieux de l’accident. 

Mme Pruneau n’avait que de bons mots à l’égard de l’enfant. 

« Elle était très joyeuse et elle voulait tout le temps jouer », se rappelle-t-elle.

Des travaux tout près

Selon Lynn Kingsbury, grand-mère maternelle de la petite victime, la mère marchait avec l’enfant quelques secondes avant le drame. Elle l’aurait laissée franchir les derniers mètres la séparant de l’école, qui lui ont été fatals. 

« La mère est sous le choc. Elle ne va pas bien », a raconté la grand-mère d’Anna-May. 

Le secteur où s’est produit l’accident est devenu un endroit très passant depuis la mi-juin en raison d’une rue barrée quelques mètres plus loin qui oblige les automobilistes à faire un détour par la rue Monfette.

Or, le maire de la ville, André Bellavance, a reconnu que ce secteur, qui regroupe trois écoles, est devenu plus achalandé depuis le début des travaux, mais soutient que le camion aurait été obligé d’emprunter cette rue de toute façon.

« À ma connaissance, le camion faisait une livraison locale et il n’a pas eu à emprunter ce détour », précise-t-il. 

La fillette a été heurtée par un camion de la microbrasserie Farnham Ale & Lager, mais c’est une compagnie sous-traitante qui effectuait la livraison, DRB Distribution. Cette dernière n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue.

Ça va vite

Deux voisins de l’école rencontrés par Le Journal ont confirmé que les voitures circulaient régulièrement à grande vitesse malgré les panneaux de signalisation de zone scolaire qui indiquent 30 km/h.

« Certains s’arrêtent au stop et font crisser leurs pneus lorsqu’ils repartent et vont jusqu’à l’autre bout de la rue comme ça », a dit Sébastien Hamel.

« C’est vraiment devenu un secteur achalandé, et les gens circulent rapidement », a confirmé Mikaël Rousseau. 

Dans ce cas-ci, aucune information ne nous permet d’affirmer que le conducteur n’a pas fait son arrêt ni qu’il n’aurait dépassé la limite de vitesse.

«Merveilleuse»

« C’était une enfant qui aimait la vie et qui était merveilleuse à voir aller », lance en pleurant un ami de la famille, Pierre Vaillancourt, venu se recueillir à l’intersection où la fillette s’est fait happer. Des citoyens sont venus porter des peluches près du lieu du drame, lundi.

La petite fille aux cheveux blonds, dont la mère est enceinte, était l’aînée et avait un frère de deux ans.

Lynn Kingsbury a pour sa part évoqué le souvenir d’une fillette « toujours souriante. Un rayon de soleil », a-t-elle résumé. Sa « mamie » lui parlait presque chaque jour au téléphone, comme elle habite à Rivière-du-Loup, à 3 h 30 de route de là. 

« Je suis anéantie. C’est mon bébé qui est parti trop tôt... », a-t-elle raconté au Journal.

– Avec la collaboration de Pascal Dugas Bourdon