/regional/sherbrooke/estrie

La vente d’un stationnement fait rager au centre-ville de Sherbrooke

Jasmin Dumas - TVA Nouvelles

Un important projet de développement au centre-ville de Sherbrooke est fragilisé par la vente du stationnement Magog, a appris TVA Nouvelles.

L'Auberge Frontenac, qui compte une trentaine de chambres, aurait bien eu besoin de la cinquantaine d’espaces de stationnement qu’offrait ce terrain, mais il a été vendu par la Ville il y a quelques jours au Groupe Custeau, qui avait besoin de l’espace pour construire un immeuble.

Située en plein centre-ville de Sherbrooke, l’auberge accueillera un marché biologique, des zones d'animation, une boutique de vêtements récupérés avec un atelier de couture ainsi qu'un espace vert sur le toit. Tout ça en plus de sa vocation d'hébergement.

Sylvain Yargeau, le propriétaire, s’avoue inquiet : «ça ne compromet pas le projet, car il est très avancé, mais ça le fragilise beaucoup».

«Ça amène une grande insécurité. Cette insécurité est partagée également par les autres entrepreneurs du secteur. Nous avons de beaux projets, nous voulons amener des touristes au centre-ville, mais je crois que la Ville doit nous accompagner», explique-t-il.

«Nous avons appris la vente du stationnement comme tout le monde, dans les médias, ajoute Christiane Rainville, gestionnaire des Édifices Rainville. Nous avons un bâtiment de 55 logements et commerces pour qui c'est une perte importante. Ça devient plus difficile de louer.»

Des solutions?

Rémi Demers, président de Commerce Sherbrooke,  ajoute sa voix aux conseillers municipaux qui trouvent que la vente du stationnement s'est faite de façon précipitée.

«Je le déplore, commente M. Demers. Nous sommes en discussion avec les commerçants pour connaitre leurs besoins. C'est évident que notre nouvelle politique sur les stationnements, qui favorise la mobilité durable, va changer les habitudes et déranger un peu.» 

Rémi Demers indique qu'à court terme, les stationnements Webster et la Grenouillère suffiront à la demande, mais qu'il n'est pas impossible que des cases soient ajoutées dans le projet de construction du nouveau pont des Grandes-Fourches.