/news/law

Sainte-Anne-des-Monts : la mère de la présumée victime de l’enseignant témoigne

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

Le procès d’un enseignant de Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie, accusé d’agression sexuelle sur un élève, s’est poursuivi mardi avec le témoignage de la mère de la présumée victime.

Elle est venue expliquer que son fils restait souvent à l’école après les cours, car l’accusé, Richard Bélanger, l’aidait avec des devoirs. Son autre fils avait aussi obtenu la même aide de la part de l’homme de 54 ans.

Appelée à qualifier l’accusé, elle a parlé d’un mentor pour ses fils, pas juste un professeur ordinaire. «C’était un membre de la famille, une personne d’exception, un modèle, une référence masculine», a-t-elle dit.

Mais quand son fils l’a mise au courant pour la présumée agression sexuelle dont il aurait été victime dans la salle de classe de Richard Bélanger, la mère a dit avoir ressenti une grande émotion, avoir été envahie par la rage et la colère, d’avoir eu le sentiment d’avoir été trahie par la personne en qui elle avait confiance.

C’est ce qui l’a incitée à se rendre au poste de police avec son fils pour porter plainte. Selon elle, ce dernier était alors démoli, brisé, comme un petit garçon qui a juste envie de se cacher.

Le garçon, qui avait 14 ans au moment des faits allégués, soutient que son enseignant d’histoire, Richard Bélanger, 54 ans, l’a agressé sexuellement le 7 juin 2018, dans sa salle de classe de l’école secondaire Gabriel-Le Courtois. Il dit que l’accusé s’est assis à côté de lui, qu’il lui a passé la main sur la cuisse puis sur son pénis. Il a aussi mentionné que l’enseignant s’était excusé le lendemain pour sa conduite.

Preuve terminée

En contre-interrogatoire, la mère a été martelée de questions par l’avocat de Richard Bélanger, ce qui l’a mise sur la défensive.

L’avocat lui a notamment fait reconnaître que l’accusé était très présent auprès de son fils, qu’il lui a même fait une référence pour une consultation auprès d’un psychologue en raison de ses problèmes d’anxiété.

La mère a reconnu que Richard Bélanger l’avait souvent aidée et soutenue et qu’elle lui faisait parfois des gâteaux pour le remercier de ce qu’il faisait pour son fils.

La preuve de la Couronne a été complétée mardi matin. L’accusé souhaite se faire entendre et le tribunal a fixé les dates de son témoignage aux 18,19 et 20 septembre prochain.

Dans la même catégorie