/news/culture

Un controversé film qualifié d'antiavortement sortira au Québec

Bruno Lapointe - Le Journal de Montréal

Qualifié d’antiavortement, le film Unplanned prendra l’affiche au Québec vendredi malgré la controverse. Ce long métrage américain sera projeté dans cinq cinémas Guzzo, où certaines représentations affichent déjà complet, a appris Le Journal de Montréal.

Depuis quelques jours, Unplanned alimente les débats, certains contestent même sa sortie en territoire canadien. Il semble toutefois que tout ce battage médiatique ait ultimement profité au film américain, et ce, avant même qu’il ne soit projeté sur nos écrans, selon Vincent Guzzo.

« Ceux qui espéraient nuire au film ont finalement fait l’effet contraire : s’ils n’en avaient pas parlé, plusieurs n’auraient même pas su que le film allait prendre l’affiche. Mais avec tout ce qui s’est dit, plusieurs personnes vont vouloir le voir pour se faire une opinion sur le sujet. Certains groupes ont même déjà réservé des représentations complètes », explique le propriétaire des salles de cinéma du même nom, précisant que ces réservations ne sont pas un phénomène inhabituel.

« Un film moyen »

Vincent Guzzo s’attend donc à ce que Unplanned attire son lot de curieux à son premier week-end à l’affiche. Il estime qu’il enregistrera des recettes totales avoisinant les 50 000 $, soit celles d’un « film moyen ».

« Évidemment, ce n’est pas un Avengers où toutes les séances vont afficher complet. Mais je ne serais pas surpris qu’il aille chercher 10 000 $ par écran pendant la fin de semaine », explique-t-il.

Sorti aux États-Unis le printemps dernier, Unplanned s’inspire de la vie de l’activiste Abby Johnson. Cette militante pour le droit à l’avortement a changé son fusil d’épaule après avoir été traumatisée en assistant à une de ces procédures. Le film présenterait ainsi l’avortement comme une pratique aussi risquée que dangereuse.

Pas d’avertissement

Alors que certains réclament qu’un avertissement soit affiché à l’entrée des salles de cinéma pour rappeler aux gens qu’il s’agit d’une œuvre de fiction, Vincent Guzzo n’a pas l’intention de se plier à leurs demandes.

« On n’a pas mis d’avertissement pour Avatar ou n’importe quel autre film de fiction. Alors pourquoi on le ferait avec Unplanned ? Ce serait du mépris envers nos clients qui sont assez intelligents pour comprendre qu’ils regardent une fiction. Ç’a beau s’inspirer d’une histoire vraie, c’est évident que ç’a été romancé et exagéré pour en faire un film », explique-t-il.

Vincent Guzzo parle d’ailleurs en connaissance de cause puisqu’il a lui-même vu le film avant sa sortie au Québec. Et selon lui, Unplanned ne risque pas d’ébranler les cinéphiles au point de leur faire réévaluer leurs convictions sur l’avortement.

« Peu importe que les gens soient pro-vie ou pro-choix, je ne pense pas qu’ils changent d’idée après avoir vu le film », avance-t-il.

 

 

Dans la même catégorie