/news/law

Un éducateur de garderie accusé de voies de fait

Nicolas Saillant | Le Journal de Québec

Maxime Michaud-Sainte-Marie, accusé

gracieuseté

Maxime Michaud-Sainte-Marie, accusé

Un éducateur de garderie est accusé de voies de fait sur un garçon de 2 ans et demi qu’il aurait «brassé» après avoir perdu patience devant les yeux d’une mère.

L’événement qui s’est produit en novembre 2017 à la garderie La Reine des glaces avait «traumatisé» une mère qui venait porter son enfant au service de garde. En entrant dans la garderie, cette mère de famille avait vu l’éducateur Maxime Michaud-Sainte-Marie agenouillé devant un garçon empoigner celui-ci par les bras.

À travers une fenêtre qui donnait dans un local, la mère affirme avoir vu l’accusé «brasser par en avant, par en arrière» le petit garçon pendant une dizaine de secondes. «Ça me semblait long», a-t-elle dit.

Traumatisant

Pendant que la victime pleurait, l’éducateur «avait l’air d’être fâché et il criait», a relaté la mère de deux garçons. «L’agressivité» de l’accusé a été «traumatisante» selon celle qui a encore une image claire de la scène dans sa tête.

«Encore dans un élan de frustration», Michaud-Sainte-Marie aurait ensuite pris une petite fille par le bras. «Elle a fait un bond de trois pieds», a relaté la témoin.

La mère a évidemment alerté une autre éducatrice de ce qu’elle venait de voir. «Ils ont pris ça vraiment au sérieux», a-t-elle expliqué.

L’homme de 42 ans, qui avait quatre ans d’expérience, fait face à une accusation de voie de faits. La témoin a été contre-interrogée par l’avocat de l’accusé qui cherchait à ébranler la dame sur ce qu’elle avait vraiment vu au moment où elle s’était présentée à la garderie tôt le matin.