/regional/montreal/montreal

Une présentation unilingue dérange dans l'ouest de l'île de Montréal

Guillaume Pelletier | Agence QMI

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Alors que des citoyens de l'ouest de l'île de Montréal vivent le stress des inondations depuis des mois, une assemblée publique sur la révision des zones inondables s'est tenue en français seulement, ce que le maire de l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro considère comme «un manque de respect total».

Plusieurs centaines de citoyens se sont déplacés pour assister à une assemblée publique sur l'ajustement de la cartographie des zones inondables jeudi dernier à Pointe-Claire. Même si l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro et les villes de Dorval et Pointe-Claire possèdent un statut bilingue, les organisateurs ont fait la présentation uniquement en français.

La situation a été décriée par le maire de Pierrefonds-Roxboro Jim Beis durant la période de questions. «Ça démontre le manque de respect total de ne pas avoir mis sur l'écran une présentation de cette envergure en anglais», s'est-il exclamé devant les représentants du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH). Il s'en est suivie une pluie d'applaudissement dans la salle du Holiday Inn où se tenait la rencontre.

Loi 101

«Ce n'est pas un manque de respect au contraire, au niveau de la langue anglaise, je voulais juste vous dire qu'il y a la loi 101 au Québec [...]», a répondu une des organisatrices à M. Beis. Afin de calmer les nombreuses huées lancées à son endroit, la fonctionnaire du MAHM a mentionné que des copies de la présentation étaient disponibles en anglais.

«J'ai vu au moins 20 personnes se lever et quitter la rencontre après cette réponse», explique Nader Barsoum, un résident de Pointe-Claire qui dit avoir aussi constaté qu'environ la moitié des personnes ont dû rester à l'extérieur de la salle faute d'espace.

Le ministère se défend

Des assemblées publiques étaient tenues simultanément dans plusieurs régions du Québec. Selon des informations recueillies par le «24 Heures», certaines d’entre elles s’effectuaient dans les deux langues, notamment dans la région de l'Outaouais.

«Chaque présentateur a reçu comme indication de se conformer à la politique linguistique du Ministère qui affirme que les présentations sont offertes d’abord en français [...] Chaque situation a donc été traitée différemment, selon le contexte», a précisé par courriel le MAHM.

Celui-ci confirme que la présentation était faite en français uniquement, mais soutient que l’animation était effectuée dans les deux langues et que des copies papier en anglais de la présentation PowerPoint ont été remises aux participants qui en ont fait la demande.