/finance/homepage

Avez-vous le droit de porter n’importe quoi au travail?

TVA Nouvelles

Un employeur peut-il vous dire quoi porter?

«Tout est une question de contexte, et ça amène de bons débats», explique l’avocate Marianne Plamondon.

Selon la loi, votre patron peut effectivement vous limiter dans vos tenues vestimentaires. «C’est dans son droit de gérance, mais encore faut-il qu’il ait des motifs et des objectifs légitimes et importants», nuance l’avocate spécialisée, en entrevue au Québec Matin.

Au premier chef, on pense à l’hygiène – comme le port du filet dans un restaurant – et à la sécurité – port du casque sur un chantier.

Par ailleurs, les banques ou les grands hôtels peuvent exiger une tenue professionnelle, comme le port du veston et de la cravate obligatoire, question de réputation.

«C’est sûr qu’un employeur qui ne souhaite pas se retrouver avec des ‘’gougounes’’ et des camisoles est mieux de prévoir une politique qui va établir exactement ce qui est attendu en termes de tenue vestimentaire au travail.»

«Par contre, de dire à vos employées féminines qu’elles doivent porter des t-shirts très, très ajustés et voyants, dans un cadre comme la restauration, il n’y a aucune justification et ce n’est pas acceptable, tranche Mme Plamondon.

Qu’en est-il des tatouages? Le tribunal a déjà jugé qu’il était légitime pour un employeur d’exiger qu’un employé de garderie cache des tattoos haineux et agressifs compte tenu qu’il travaille avec des enfants.

Après avoir évalué la situation, vous estimez que vos droits sont lésés? Il existe des recours. Si vous êtes syndiqué, un arbitre des griefs va pouvoir entendre votre cause. Quant aux employés non syndiqués, ils peuvent déposer une plainte devant la Commission des droits de la personne pour entrave à la liberté d’expression ou atteinte au droit à la dignité.

Pour entendre l’entrevue complète avec l’avocate Marianne Plamondon, voyez la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie