/news/society

Espoir dans le traitement du cancer de la prostate

TVA Nouvelles

Une recherche sur le cancer de la prostate amorcée il y a quelques mois au CHUM suscite beaucoup d'intérêt pour le monde scientifique. Un médecin chercheur a bon espoir de faire disparaître les métastases qui peuvent entraîner la mort.

Chaque année au Québec, il y a environ 1000 hommes qui meurent à la suite d'un cancer de la prostate. Ils ont souvent été diagnostiqués trop tard, avec des métastases.

Paul Valiquette, 62 ans, souffre d'un cancer de la prostate à un stade avancé. Son urologue et chercheur, le docteur Saad, lui prodigue des soins depuis le début de sa maladie, il y a 12 ans.

Il a subi de nombreux traitements de chimiothérapie, de radiothérapie, mais les métastases se propagent à nouveau. Le docteur Fred Saad lui a proposé de participer à un protocole de recherche qui en est à ses débuts.

Il reçoit une dose de médicament par voie intraveineuse pour aller détruire directement les métastases.

«On espère que ça va être l'avenir pour plusieurs cancers, que si on peut aller cibler le cancer lui-même, en le visualisant et en le ciblant», explique le chercheur.

Un, ça va être plus efficace. On sait que le médicament se rend où on veut. Deux, on espère avoir moins d'effets secondaires parce qu'on épargne les tissus.

Paul Valiquette fait partie des quatre patients qui ont reçu à ce jour le médicament. Ils seront une dizaine lors de la phase 1.

«Ce n'est pas tous les patients. Il y a des patients qu'on va regarder: leur tumeur ne s'allume pas avec ça. Alors, ça ne sert à rien de leur en donner», poursuit le Dr Saad.

10% des patients qui reçoivent un diagnostic de cancer de la prostate ont des métastases. La moitié d'entre eux meurent. Voilà pourquoi cette recherche est très importante.

S'il est démontré que les traitements donnent de bons résultats, il y aura des essais cliniques de phases 2 et 3 auxquels participeront jusqu'à 2000 hommes au Canada, aux États-Unis et en Australie.

Mais pour l'instant, tous les espoirs sont permis. «La maladie a été bénéfique pour moi. Je n'ai jamais autant apprécié la vie, et je n'ai jamais autant vécu qu'aujourd'hui», conclut M. Valiquette.

Une soirée d’information sur le cancer de la prostate aura lieu le 9 septembre au CHUM.