/finance/homepage

Marché immobilier: baisse des propriétés à revendre dans le Grand Montréal

Elsa Iskander

 - Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le nombre de propriétés mises en vente sur le marché de la revente diminue depuis trois ans dans le Grand Montréal; et la tendance risque de se maintenir selon des experts en habitation.

En 2018, 67 000 habitations ont été mises en vente, comparativement à 85 000 en 2015, soit 13 000 de moins, indique un rapport publié mercredi par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

«Cette rareté de l’offre est d’ailleurs l’un des facteurs expliquant pourquoi le marché de la revente montréalais a récemment glissé en situation de surchauffe», a fait remarquer la SCHL.

Si l’offre diminue, la demande reste importante, ce qui a un impact sur les prix des habitations. En effet, les propriétés à revendre trouvent preneur rapidement.

De plus, la situation ne risque pas de changer à court terme. «La pression sur le prix des habitations devrait donc rester soutenue, et l’abordabilité continuera de demeurer un enjeu important», prédit la SCHL.

Moins de mises en chantier

La situation actuelle s’explique, entre autres, par «la vigueur du marché actuelle, qui fait qu’une propriété nouvellement affichée se vend au lieu d’être remise en vente plus d’une fois par année», a expliqué Francis Cortellino, économiste à la SCHL.

«Le faible niveau de construction de maisons unifamiliales et de copropriétés au cours des dernières années est aussi un élément explicatif», a poursuivi M. Cortellino.

En effet, la diminution du nombre de maisons unifamiliales mises en vente explique en grande partie la baisse observée en 2016 et 2017 en ce qui a trait aux propriétés à revendre.

L’an dernier, un nombre moins important de copropriétés offertes sur l’île de Montréal est plutôt mis en cause.

«Alors qu’au milieu des années 2000, il se construisait environ 11 500 maisons unifamiliales en moyenne par année, il ne s’en est construit que 4300 entre 2016 et 2018», indique le rapport.

Entre 2012 et 2014, environ 10 800 copropriétés étaient construites annuellement, contre 7500 entre 2016 et 2018.

«Ce sont maintenant les logements locatifs qui sont les plus construits dans le Grand Montréal», observe la SCHL.