/news/politics

Québec bonifie son financement des logements sociaux et communautaires

Nicolas De Rosa | Agence QMI

 - Agence QMI

door key

Adobe Stock

Le gouvernement du Québec a annoncé mardi une majoration des sommes dédiées au programme AccèsLogis, qui permettra la construction de 15 000 nouveaux logements sociaux et abordables dans les prochaines années.

Avec cette annonce de 260 millions $, le coût maximal pour la réalisation des travaux admissibles au programme est majoré de 25 % pour tous les projets n’ayant pas encore franchi l’étape de l’engagement définitif. Davantage d’aide financière pour les familles, les personnes seules, les personnes âgées et certains types de projets particuliers est aussi prévue.

Le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), un organisme qui défend le droit des Québécois au logement, a bien accueilli la nouvelle puisque le financement d’AccèsLogis n’avait pas augmenté depuis plus d'une dizaine d'années.

«Il était grand temps qu’il se passe quelque chose, donc on se réjouit de cette annonce. [...] Les délais pour mettre en œuvre les modifications ont fait en sorte qu’on a atteint des creux historiques dans le faible nombre de logements sociaux développés au Québec», a réagi mercredi la porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme, en entrevue au «6 à 9 de Caroline et Maka» sur les ondes de QUB radio.

Mme Laflamme a rappelé que des milliers de logements promis dans la dernière décennie dans les budgets provinciaux n’ont jamais fini par voir le jour. Selon elle, ces nouvelles sommes devraient permettre la réalisation de la plupart, mais non l’entièreté de ces projets.

La porte-parole du FRAPRU a également souligné que la bonification d’AccèsLogis était surtout une bonne nouvelle pour les personnes à très faible revenu, puisque le taux prévu de logements subventionnés découlant du programme sera entre 50 % et 80 %, alors qu’il était entre 20 % et 50 % par le passé.

Revendications du FRAPRU

Bien qu’elle se réjouisse de cette annonce, Véronique Laflamme implore le gouvernement de ne pas s’asseoir sur ses lauriers.

«On pense qu’il faut déjà planifier davantage et éviter les erreurs du passé, c’est-à-dire prévoir une indexation automatique de ce programme-là et prévoir un nombre suffisant de logements chaque année», a soutenu la porte-parole du FRAPRU.

Après la construction des 15 000 nouveaux logements sociaux et abordables prévus, le nombre total d’unités de la sorte s’élèvera a plus de 56 000 à l’échelle de la province.

Dans la même catégorie