/news/currentevents

Une collision en plein ciel évitée de justesse à l’aéroport Montréal-Trudeau

Agence QMI

Une tragédie a été évitée de peu le 16 mai 2018, à l’aéroport Montréal-Trudeau, quand un Airbus A310 d’Air Transat et un aéronef bimoteur léger Cessna 421 étaient en approche pour atterrir, révèle un rapport du Bureau de la sécurité des transports (BST) rendu public mercredi.

«Il y a eu perte d'espacement entre les deux avions au moment où ils se trouvaient à environ 18 milles marins (33,33 km) au nord-est de l'aéroport, peut-on lire dans le rapport du BST. Au point le plus rapproché, les deux avions se sont trouvés en deçà de 500 pieds verticalement et de 1,7 mille marin (3,15 km) latéralement l'un de l'autre. Normalement, l'espacement vertical minimal requis entre des avions est de 1000 pieds et l'espacement latéral minimal, de 3 milles marins (5,56 km).»

Cet incident aurait notamment été causé par un manque de contrôleurs aériens ce soir-là.

Toujours selon le BST, sept contrôleurs de la circulation aérienne et un superviseur auraient dû être en poste ce soir-là, mais en raison d'absences et d'un malaise, il y avait seulement trois contrôleurs et un superviseur en poste.

«Ainsi, six secteurs de l'espace aérien qui sont normalement divisés entre les contrôleurs étaient regroupés et contrôlés par seulement trois contrôleurs, ce qui a agrandi la zone de responsabilité, la charge de travail et le niveau de complexité des tâches des contrôleurs présents», écrit le Bureau de la sécurité des transports.

Réaction

L'organisme en charge du contrôle aérien a finalement réagi en fin de journée. Nav Canada voit la publication du rapport du BST comme une occasion d'améliorer la sécurité.

L'organisme dit détenir un des meilleurs dossiers en sécurité aérienne dans le monde et que l'accident a été évité.

Nav Canada assure également qu'il y avait suffisament de contrôleurs de la circulation aérienne ce soir-là.