/regional/sherbrooke/centreduquebec

Le manque de personnel se fait durement sentir dans une résidence de Drummondville

TVA Nouvelles

La pénurie de main-d’œuvre est telle dans une résidence de Drummondville que vingt de ses résidents les plus vulnérables ont dû être pris en charge par d’autres institutions.

En effet, 20 résidents de la Résidence 600 Bousquet ont dû déménager à la demande du CIUSS de la Mauricie-Centre-du-Québec puisque leur résidence était incapable d’assurer le seuil minimum de ressources, ce qui menaçait leur sécurité et leur santé.

La situation n’a rien pour rassurer les familles des résidents. «Avec ce qu’on voit, on aime mieux qu’elle soit à la maison», témoigne la fille d’une femme âgée.

Un homme rencontré par TVANouvelles avoue pour sa part vouloir retarder son entrée en résidence le plus longtemps possible.

D’autres résidences font preuve d’originalité pour recruter et conserver leurs main-d’œuvre.

«On travaille beaucoup avec Facebook», explique Jean Trudel, directeur régional de Cogir immobilier.

Son entreprise a aussi mis en place une journée «Partage Succès» où, deux fois par année, elle partage une certaine partie de ses revenus avec ses employés.»

Dans la même catégorie