/news/world

Grâce présidentielle pour un Canadien emprisonné pour abus sexuels

Agence France-Presse

Neil Bantleman, un Canadien condamné pour abus sexuels sur des élèves à Jakarta et qui a toujours clamé son innocence, a bénéficié d'une grâce présidentielle et a été libéré après cinq ans de prison, ont annoncé les autorités indonésiennes vendredi.

«Neil Bantleman a été libéré de la prison de Cipinang» à Jakarta le 21 juin. «Il a été gracié par le président (Joko Widodo) et sa peine a été réduite de 11 ans à 5 ans un mois», a indiqué à l'AFP Ade Kusmanto, un porte-parole du ministère de la Justice.

Le Canadien, également de nationalité britannique, a payé une amende de 100 millions de roupies (6 340 euros) dont il était toujours redevable, a-t-il précisé.

Il a été transféré aux services de l'immigration et a pu retourner au Canada, selon le porte-parole.

Détenu depuis 2014, l'administrateur canadien d'une école internationale à Jakarta, Neil Bantleman, avait été reconnu coupable en première instance d'abus sexuels sur trois élèves et condamné à 10 ans de prison en avril 2015, ainsi qu'un enseignant adjoint indonésien, Ferdinand Tjiong.

Ils ont tous deux été acquittés en appel au mois d'août suivant et libérés pendant quelques mois, mais la Cour suprême de Jakarta a ensuite annulé leur acquittement et les a renvoyés en prison pour une peine alourdie à 11 ans.

Les deux hommes n'ont eu de cesse de clamer leur innocence et étaient soutenus par plusieurs gouvernements étrangers ainsi que par l'École interculturelle de Jakarta (JIS), un établissement fréquenté par les expatriés et par des Indonésiens fortunés.

Dans la même catégorie