/regional/montreal/montreal

Marvin Rotrand réclame la démission de Benoit Dorais après son grand excès de vitesse

Agence QMI

OLIVIER ROBICHAUD/24 HEURES/AGENCE QMI

Le conseiller municipal indépendant Marvin Rotrand demande ni plus ni moins que la démission du président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Benoit Dorais, après avoir appris que ce dernier a été intercepté à 171 km/h sur l’autoroute 35, en Montérégie, au printemps.

En vacances à l’extérieur du pays, M. Rotrand dit avoir pris connaissance de l’article du «Journal de Montréal» de ce vendredi décrivant la péripétie de M. Dorais, qui a écopé d’une amende de 1378 $ et de 14 points d’inaptitude après s’être fait prendre en défaut dans le secteur du Haut-Richelieu.

«Benoit Dorais a fait preuve d’un manque remarquable de jugement en faisant cela, a écrit M. Rotrand en anglais dans un courriel. Quelqu'un aurait facilement pu être tué.»

«Benoit Dorais devrait prendre le week-end pour réfléchir et faire ce qui s'impose et démissionner. À tout le moins, s'il n'est pas prêt à faire ce pas, il devrait siéger en tant qu'indépendant et ne devrait pas siéger au comité exécutif.»

Marvin Rotrand a souligné que M. Dorais est «le président exécutif d’un parti qui estime que la possession d'une voiture est antisociale et dont la priorité numéro un est [...] la réduction de la vitesse».

«M. Dorais, qui défend le fait d'offrir plus de contraventions aux conducteurs, est pris au volant d’un gros VUS conduisant à une vitesse vraiment dangereuse.»

Selon M. Rotrand, il s’agit d’une «absence de crédibilité» de la part de M. Dorais, qui est aussi maire de l'arrondissement du Sud-Ouest.

Dans un échange de courriels avec le «Journal de Montréal», Benoit Dorais a admis avoir reçu cette contravention, ajoutant que son comportement avait été une «erreur».