/regional/montreal/montreal

C’était le 9e «ticket de vitesse» du bras droit de Plante

Dominique Cambron-Goulet | Journal de Montréal

Archives/Agence QMI

Épinglé à 171 km/h sur l’autoroute fin avril, le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Benoit Dorais, en était au moins à sa neuvième infraction pour excès de vitesse.

Selon les données juridiques que nous avons consultées, M. Dorais a été reconnu coupable d’avoir dépassé la limite de vitesse à au moins huit reprises entre 1995 et 2017.

Les excès varient entre 16 km/h et 39 km/h au-dessus de la limite permise. Trois de ces contraventions lui ont été données depuis son élection, en 2009.

Le Journal révélait hier que le bras droit de la mairesse Valérie Plante avait été arrêté en fin de soirée le 21 avril sur l’autoroute 35 pour un grand excès de vitesse. Son permis de conduire a été suspendu sur-le-champ pour sept jours et il a dû payer une amende de 1378 $.

« Plus qu’une erreur »

M. Dorais a reconnu les faits et admis que son comportement était « une erreur ».

Mais ses adversaires politiques ne l’entendent pas de cette oreille.

« C’est beaucoup plus grave qu’une simple erreur, juge le chef de l’opposition, Lionel Perez, d’Ensemble Montréal. On ne parle pas de 10 ou 15 km/h au-dessus de la limite. C’est extrêmement dangereux. Qui le prendra au sérieux la prochaine fois qu’il parlera d’enjeux de sécurité publique ? »

M. Perez, tout comme le conseiller indépendant Marvin Rotrand, parle d’un grave « manque de jugement ».

« Quelqu’un aurait facilement pu être tué. Benoit Dorais devrait réfléchir et faire la bonne chose, soit démissionner ou au moins quitter le comité exécutif », soutient M. Rotrand.

Valérie Plante silencieuse

M. Perez croit que la « question se pose » à savoir si le numéro 2 de la Ville devrait démissionner de son poste.

« La mairesse doit se demander si elle a toujours confiance en M. Dorais pour qu’il la représente et qu’il puisse bien accomplir ses tâches en tant que président du comité exécutif », souligne M. Perez.

Jointe hier, l’attachée de presse de Mme Plante a indiqué que la mairesse n’allait pas réagir sur le dossier.

Dans la même catégorie