/news/currentevents

Clients d’escortes mineures pris les culottes baissées

Michael Nguyen | Journal de Montréal

Sept hommes qui croyaient rencontrer une escorte mineure dans un hôtel montréalais le mois dernier sont plutôt tombés nez à nez avec une agente double et des policiers.

« Petite Lolita avec peau hyper douce », pouvait-on notamment lire dans une annonce mise en ligne sur un site d’escortes le mois passé, et qui a depuis été supprimée.

Trois photos accompagnaient l’article, montrant une jeune femme d’apparence juvénile avec le visage légèrement modifié par un filtre, sans indication d’âge.

Or, il ne s’agissait pas d’une escorte nommée « Sarah » comme le prétendait l’annonce, mais d’une agente d’infiltration dont l’objectif était de s’attaquer aux clients prêts à payer des mineures pour des relations sexuelles.

Selon les informations obtenues par Le Journal, plus d’une centaine de personnes ont répondu à l’annonce par texto.

Au moment où « Sarah » prétendait avoir 16 ans, la majorité aurait stoppé net la conversation.

Sept hommes auraient toutefois pris rendez-vous dans un hôtel du centre-ville de Montréal.

Culottes à terre

Dans la chambre, l’agente d’infiltration réitérait avoir 16 ans, puis confirmait l’achat de services sexuels. Une fois cette étape franchie, des policiers débarquaient pour arrêter le client pris les culottes à terre.

En quelques heures, la police de Montréal a ainsi procédé à sept arrestations. Âgés de 26 à 52 ans, les hommes ont tous comparu cette semaine au palais de justice de Montréal sous des accusations de leurre et d’obtention de services sexuels d’une mineure moyennant rétribution.

« Le profil de ces accusés peut être très varié, allant de gens criminalisés à d’autres sans histoires », a expliqué le criminaliste Michael Morena, qui a l’habitude de traiter ce genre de dossier.

Clients ciblés

Cette opération policière s’inscrivait dans la lutte que mènent les autorités contre l’exploitation sexuelle de mineurs, qui a bien évolué au cours des dernières années.

« La prostitution ne se fait plus dans la rue, mais sur internet », a confié au Journal une source policière bien au fait de la situation, rappelant qu’un des objectifs principaux est de libérer les jeunes victimes des griffes des proxénètes.

L’opération du mois dernier, qui visait plutôt les clients, s’inscrit dans la stratégie de la police afin de dissuader ceux-ci d’avoir recours à des prostituées mineures, et ainsi réduire la demande pour ce service illégal.