/news/politics

Trudeau condamne l’attentat terroriste qui a coûté la vie à une journaliste canadienne

TVA Nouvelles et AFP

Au lendemain de l’attaque terroriste survenue à Kismayo, dans le sud de la Somalie, dans laquelle une journaliste canadienne a péri, le premier ministre du Canada a tenu à condamner cet attentat.

«Le Canada condamne cet attentat haineux. Nous continuerons de travailler avec la Somalie et d'autres partenaires internationaux pour mettre fin au terrorisme et à l'extrémisme violent. Ensemble, nous devons bâtir un monde plus sûr et plus pacifique. Nous devons protéger la liberté de la presse, qui renforce nos sociétés et permet à la démocratie de s'épanouir», a déclaré Justin Trudeau dans un communiqué.

Le premier ministre a offert ses condoléances à la famille, aux amis et aux collègues de Hodan Nalayeh, journaliste canadienne d’origine somalienne tuée dans l’attentat.

Mme Nalayeh était avec son mari Farid, samedi, lui aussi assassiné, lorsque des militants islamistes shebab d'un hôtel de la ville portuaire de Kismayo.

Hodan Nalayeh était récemment rentrée en Somalie après avoir longtemps vécu au Canada.

De nationalité somalienne et canadienne, elle était reconnue dans la diaspora de son pays d'origine pour son travail en faveur de la paix et de l'unité de la Somalie sur les réseaux sociaux, où sa mort a provoqué une forte émotion.

«Mme Nalayeh mettait en lumière des histoires somaliennes positives et inspirantes. Son travail démontrait la façon dont la liberté de la presse nous offre des perspectives plus larges et encourage la diversité et l'inclusion. Le Canada, les communautés somaliennes et les milieux journalistiques à travers le monde pleurent sa perte», a conclu le premier ministre du Canada.

Au moins 26 personnes ont été tuées et 56 blessées dans l'attaque par les militants islamistes shebab, au terme d'un siège qui a duré près de 12 heures et pris fin samedi matin.

L'attaque a commencé vendredi en fin d'après-midi, quand un véhicule piégé a explosé à l'entrée du Medina, un hôtel très fréquenté du centre de Kismayo, selon des sources sécuritaires.

Des hommes armés ont ensuite pénétré dans le bâtiment, où ils ont affronté les forces de sécurité présentes. Les shebab, qui ont revendiqué l'assaut, ont reproduit là un schéma qu'ils ont l'habitude d'utiliser dans la capitale Mogadiscio.

Dans la même catégorie