/news/currentevents

Un automobiliste fauche trois piétons: une personne lutte pour sa vie

Dominique Lelièvre - Le Journal de Québec

Un homme de 69 ans reposait toujours dans un état critique, dimanche, après avoir été fauché par un véhicule, avec deux autres piétons, dans le secteur de Limoilou, à Québec.

Selon la police, vers 23h, samedi, un accrochage entre deux voitures s’est produit sur la 4e Avenue, proche de l’intersection avec la 22eRue.

Les deux conducteurs, un homme de 69 ans et une dame de 37 ans, sont alors sortis de leur véhicule et une discussion animée a commencé à propos de l’accident.

Une troisième personne, un homme de 32 ans, témoin de la discussion, a décidé de traverser la rue pour intervenir dans le litige. Les trois personnes ont ensuite été heurtées par un troisième véhicule qui roulait sur la chaussée.

Les trois victimes ont subi des blessures graves et ont été transportées à l’hôpital. L’un des conducteurs et le passant sont hors de danger.

Blessé grièvement

Le tout se serait déroulé sous les yeux d’une fillette de 12 ans qui accompagnait l’un des automobilistes. Elle n’a pas été blessée, mais a été traitée pour un choc nerveux, a mentionné un superviseur de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec.

Le conducteur sexagénaire a cependant été grièvement blessé et l’on craignait encore pour sa vie dimanche.

L’identité des victimes n’a pas été dévoilée.

«L’unité de l’identité judiciaire était sur place pour faire la reconstitution de la scène. C’est toujours sous enquête», a mentionné Sandra Dion, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), au lendemain des faits.

La météo en cause?

À première vue, le conducteur qui a fauché les piétons ne serait pas en tort, mais les enquêteurs n’excluent encore aucune hypothèse pour expliquer la collision. Il n’y a aucune arrestation dans ce dossier jusqu’à présent.

La région de Québec venait de subir un violent orage lorsque l’accident s’est produit. La pluie avait cessé, selon les données d’Environnement Canada, mais le manque de visibilité demeure une cause possible.

«On regarde toutes les possibilités, dont la température», dit Mme Dion.

— Avec la collaboration de l’Agence QMI