/finance/homepage

Il faut mieux surveiller Equifax, plaide Option consommateurs

Nicholas De Rosa | Agence QMI

stock.adobe.com

Equifax et TransUnion, les deux seules agences de crédit au Canada, devraient être mieux surveillées et tenues responsables de leurs bourdes en matière de données personnelles, soutient Option consommateurs.

«Les agences de crédit ne sont pas des entreprises exemptes de tous reproches», a avancé l’avocat analyste de cet organisme de défense des intérêts des consommateurs, Alexandre Plourde, en entrevue à l’émission matinale de QUB radio, mardi.

M. Plourde a rappelé qu’Equifax, qui fournit le service de surveillance de crédit pour les 2,9 millions clients affectées par la fuite de données chez Desjardins, a elle-même été victime d’une fuite de données en 2017 et s’en est tiré sans réelle conséquence au Canada.

 

«Le Commissariat à la protection de la vie privée a blâmé l’entreprise, [mais] nous n’avions aucun moyen de lui imposer des amendes ou des sanctions. Il n’y a pas beaucoup de dissuasion pour amener ces entreprises à se conformer à la loi», a dénoncé l’avocat.

Ce dernier a souligné que les organismes de protection de la vie privée au Canada ont peu de ressources et des pouvoirs assez limités lorsque des entreprises contreviennent aux lois. «Il faudrait s’assurer que ces agences-là soient au moins mieux surveillées dans leurs activités, qu’il y aille des sanctions plus sévères», a-t-il plaidé.

Difficile de contester

Certaines études indiquent d’ailleurs que jusqu’à un cinquième des dossiers de crédit contiennent des erreurs, ce qui peut causer de nombreux maux de tête aux consommateurs.

«Ça peut être assez difficile de contester ce qui est inscrit dans un dossier de crédit. [...] Ça peut être très fastidieux, lorsqu’il y a une inscription erronée ou un compte inscrit par erreur dans un dossier, de le faire modifier dans des délais qui sont adéquats», a expliqué l’avocat analyste d’Option consommateurs. Selon lui, ce processus devrait être facilité.

L’animateur Maka Kotto a évoqué la possibilité de nationaliser les dossiers de crédit afin de pallier ces problèmes. C’est une question «qui mériterait absolument d’être débattue», a répondu Alexandre Plourde.