/news/culture

«Je suis certain qu'en trouvant le bon angle, on peut parler de tout», dit Sébastien Ouellet

Véronique Morin

 - Agence QMI

PHOTO D'ARCHIVES ANNIE T. ROUSSEL

L’humoriste Sébastien Ouellet est d'avis qu'il est possible et souhaitable d'aborder tous les sujets avec l'humour.

À titre d'exemple, il donne le sujet de la pédophilie. «Il y a deux ans j'ai réussi à passer un gag dans un numéro complet sur le fait qu'il y avait beaucoup d'agresseurs dans le milieu de l'humour, et quelles solutions à prendre drastiquement pour régler ça», a-t-il expliqué en entrevue à l'émission «Avocats à la barre» de QUB radio.

L'humoriste, qui se produira mercredi à la Place des Arts, dans le cadre de la soirée Carte blanche du Gala Juste pour Rire, aime procéder par essais et erreurs, et tester ses blagues sur de plus petites salles.

 

«[Mercredi] je m'en vais devant 3500 personnes, je peux vous dire que tout ce que je vais dire, à la virgule près, a été testé dans des endroits comme le Bordel Comédie Club, le Terminal Comédie Club, des endroits plus petits où on peut se permettre de tester nos blagues», a expliqué Sébastien Ouellet.

Les réseaux sociaux à craindre par-dessus tout

Il admet cependant que les réseaux sociaux sont à craindre par-dessus tout parce que les propos humoristiques peuvent y être déformés et mal interprétés.

«Moi, ce sont les réseaux sociaux qui me font peur parce que ça s'enflamme vraiment vite et ça ne va pas dans le bon sens, estime-t-il. Moi, je m'en vais dans des sujets sensibles, comme la loi 21. Ça peut s'enflammer assez vite.»

Trouver le bon angle

«Je sais que si j'attaque la loi 21 de front, ça ne passera pas. Mais si je l'attaque par un autre angle, [comme par] celui de l'autorité, ça permet d'aborder le sujet par le détour [d'une autre problématique]», a-t-il expliqué à Me François David-Bernier.

Selon Sébastien Ouellet, trouver «le bon angle» est un travail de longue haleine qui prend beaucoup de temps. «Ça fait 10 ans que j'essaie de dire ce que je vais dire, et je viens de trouver la bonne façon de le dire», a-t-il affirmé à QUB radio.

Par ailleurs, M. Ouellet trouve plutôt triste que l'humour concernant les personnes «handicapées ne passe pas». «Les ignorer je trouve ça pire que de faire un mauvais gag.»

«On est conscient qu’il y a certains sujets où on cherche le trouble un peu. Mais je suis certain qu'en trouvant le bon angle, on peut parler de tout», a fait savoir Sébastien Ouellet.