/finance/homepage

Des impacts de la grève bien visibles au Lac-Kénogami

Valérie Fortin | TVA Nouvelles

Si vous aviez prévu passer vos vacances au Centre touristique du Lac-Kénogami à Saguenay, votre séjour pourrait être perturbé.

C’est que les 17 employés syndiqués du site touristique ont déclenché une grève générale mercredi matin.

Tout comme leurs 300 collègues de quatre autres établissements gérés par la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ), ils ont mis leur menace à exécution, devant l’impasse dans les négociations.

Les travailleurs réclament de meilleurs salaires. Au Centre touristique du Lac-Kénogami, ils gagnent en moyenne moins de 14$/heure, selon le syndicat.

En raison de cette grève, plusieurs services sont interrompus sur le site.

Le restaurant est fermé et la plage n’est plus surveillée. Il est également impossible de louer un kayak, un canot ou un vélo.

Ce sont des employés-cadres qui s’occupent de toutes les opérations. Ils sont cependant peu nombreux.

Les villégiateurs doivent s’attendre aussi, par exemple, à des blocs sanitaires peut-être moins propres qu’à l’habitude.

«C’est la première journée. Ça n’a pas paru encore. Mais là, il va falloir qu’ils ramassent les vidanges, qu’ils nettoient les toilettes. On va voir comment ça va se passer», a affirmé Pierre Fortin, un villégiateur rencontré sur place. Il espère que cette grève n’aura pas trop d’impact sur ses vacances.

«Ceux qui gâchent les vacances des Québécois, c’est la SÉPAQ et le gouvernement Legault qui ne s’impliquent pas dans ce conflit-là», a indiqué la présidente régionale du Syndicat de la fonction publique et parapublique, Brigitte Claveau.

Si l’impasse se poursuit dans les négociations, le mouvement de grève prendra de l’ampleur dès samedi.

Les employés des 23 parcs nationaux du Québec, dont le Parc national des Monts-Valin et le Parc national de la Pointe-Taillon, emboîteront le pas.

Dans la même catégorie