/news/currentevents

Le Beaver qui s’est écrasé déjà impliqué dans un crash

TVA Nouvelles avec Le Journal de Montréal

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a pris la relève des Forces armées canadiennes afin de conduire les recherches terrains dans le nord du Labrador dans le but de retrouver les quatre disparus qui figurent parmi les sept personnes à bord du Beaver qui s’est écrasé, lundi. 

Des plongeurs fouilleront le lac Mistastin où les touristes américains et leurs guides se rendaient pour y pêcher. Les recherches ne reprendront cependant pas avant 24 ou 48 heures, le temps d'organiser le déploiement sur place.

À LIRE ÉGALEMENT

Écrasement d’avion: 3 personnes sont mortes et 4 sont portées disparues

Le Beaver, «comme une vieille Mustang qui a fait ses preuves»

Le Journal de Montréal nous apprend dans son édition d’aujourd’hui que l’appareil appartenant à Air Saguenay, qui s’est écrasé avec à son bord le pilote, deux guides et quatre passagers avait déjà eu un accident par le passé.

Le DHC-2 de Havilland immatriculé C-FJKI a notamment été impliqué dans un écrasement le 7 juillet 2001. L’accident, survenu à environ 200 kilomètres au nord de Chicoutimi avait fait cinq blessés.

Selon le récit fait de l’accident dans les médias à l’époque, l’appareil avait heurté des arbres lors d’un virage serré pour éviter un épais banc de brouillard. Après l’impact initial, l’avion s’était retourné avant de s’écraser dans la végétation.

Heureusement, ni le pilote ni les quatre passagers n’avaient péri dans l’écrasement. Les cinq occupants avaient malgré tout été transportés à l’hôpital pour y soigner des blessures.

Appareil reconstruit

Le grand patron d’Air Saguenay a confirmé qu’il s’agissait bien du même appareil. L’avion avait été reconstruit l’hiver suivant et avait repris les airs à l’été 2002.

«Il avait été rebâti et on a continué à voler. C’était refait selon les normes», a précisé M. Tremblay mardi.

L’expert en aviation Jean Lapointe assure de son côté que la compagnie avait l’habitude de faire les choses de la bonne façon. «C’est une compagnie qui a une bonne réputation», confie l’expert, saluant notamment la longévité de l’entreprise fondée dans les années 1970.

Le Beaver d’Air Saguenay avait quitté lundi matin un camp de pêche situé à Crossroads Lake, à environ 60 milles marins à l'est de Schefferville et se dirigeait vers un camp de pêche isolé sur le lac Mistastin, dans le nord du Labrador.