/news/world

L'Asie du Sud-Est, épicentre mondial du meth

Agene France-Presse

Les trafiquants d'Asie du Sud-Est sont montés en puissance au point de faire de la région «l'épicentre» mondial de la production de méthamphétamines, dont les revenus se chiffrent en dizaines de milliards de dollars par an, selon un rapport de l'ONU publié jeudi à Bangkok.

«Cette région est l'épicentre du trafic mondial de drogue de synthèse», a déclaré Jeremy Douglas, représentant de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) lors de cette présentation.

Révélateur de cette tendance, en 2018, 120 tonnes de méthamphétamines ont été saisies au total en Asie du Sud-Est et en Asie du Sud, trois fois plus qu'en 2013, année où 40 tonnes avaient été saisies, souligne le rapport «Transnational Organized Crime in Southeast Asia: Evolution, Growth and Impact».

La majorité de la drogue vient de laboratoires clandestins de l’État Shan, dans le nord de la Birmanie, dans la fameuse région du Triangle d'or.

Le rapport met également en lumière une sophistication de plus en plus grande des réseaux de trafiquants, qui mutualisent les efforts transrégionaux, avec par exemple des chimistes taïwanais associés à des fabricants birmans, dont la marchandise est ensuite écoulée par des réseaux thaïlandais ou chinois.

L'argent sale de ce trafic est ensuite nettoyé via les casinos de la région, de la Birmanie au Cambodge, en passant par le Laos.

Dans la même catégorie