/news/law

Poursuite contre Van Houtte : une distributrice à café fait près de 80 000 $ de dommages

Roxane Trudel | 24h

lizaelesina - stock.adobe.com

Une simple distributrice à café peut causer de graves dommages, a appris à ses dépens un organisme gouvernemental, qui a dû débourser près de 80 000 $ à la suite d’un dégât d’eau résultant d’un mauvais branchement d’un conduit.

La compagnie de café Van Houtte devrait payer pour les dégâts occasionnés par sa distributrice, croit le Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal (CGTSIM). Elle réclame un remboursement des dommages dans une poursuite déposée au palais de justice de Montréal.

Le matin du 22 juin 2016, les employés de l’organisme gouvernemental auraient été surpris de découvrir dans leurs bureaux une importante fuite d’eau provenant de la distributrice à café.

Des travaux d’entretien auraient été effectués sur ladite machine quelques semaines avant les évènements.

Sur deux étages

«Nous sommes arrivés le matin, il y avait de l’eau qui coulait. [...] La machine est au deuxième étage, et elle a causé des dommages jusqu’au rez-de-chaussée», a expliqué Hélène Meagher, directrice générale du CGTSIM.

En plus du branchement inadéquat de la machine pour son alimentation en eau, il semblerait que sa bague d’étanchéité - un petit morceau de caoutchouc qui permet de sceller deux pièces ensemble - était également endommagée, peut-on lire dans le document de cour.

Selon la poursuite, des travaux d’urgence ont dû être effectués à la suite du sinistre, en raison de nombreux dommages à l’immeuble et aux biens qui s’y trouvaient.

Responsabilité

Selon l'organisme municipal, il est clair qu’il était de la responsabilité de la compagnie Van Houtte de veiller au «bon état de fonctionnement» de sa distributrice, puisqu’elle en était la propriétaire.

«[La compagnie] aurait dû remarquer l’état de la bague d’étanchéité et le mauvais raccordement du tuyau d’alimentation d’eau au filtre de la machine lors de l’entretien et prendre les mesures nécessaires pour éviter [qu’elle] ne cause des dommages», peut-on également lire.

La compagnie de café aurait reconnu sa part de responsabilité dans le mauvais branchement de la machine lors d’échanges entre les deux parties remontant à l’été 2016, selon ce qui est indiqué dans la poursuite.

Or, elle refuse aujourd’hui de rembourser la somme totale des pertes, qui s’élève à 78 518,35$.

La compagnie de café a préféré s’abstenir de commenter l’affaire puisqu'elle est devant les tribunaux.