/news/world

Selon un ministre de Trump, la situation des enfants migrants s'est améliorée

Agence France-Presse

Un ministre de Donald Trump a assuré jeudi que la situation des enfants migrants s'était améliorée à la frontière sud, s'attirant les foudres de l'opposition démocrate qui l'a accusé d'«embellir» la réalité.

«La situation est bien meilleure pour les enfants à la frontière aujourd'hui», a déclaré le ministre par intérim de la Sécurité intérieure Kevin McAleenan lors d'une audition au Congrès.

Selon lui, les fonds débloqués en urgence par les parlementaires fin juin pour répondre à la crise migratoire ont permis de faire baisser le nombre de personnes détenues par les gardes-frontières de 20 000, lors d'un pic en juin, à moins de 10 000 mardi.

Quant aux mineurs non accompagnés, ils ne sont plus que 350 contre un maximum de 2700 en juin, a-t-il précisé devant une commission de la Chambre des représentants où les démocrates sont majoritaires.

Légalement, les gardes-frontières doivent rapidement transférer les enfants seuls dans des structures gérées par des services sociaux.

Le président de la commission de la Supervision et des Réformes, le démocrate Elijah Cummings, a mis en doute son témoignage, l'accusant d'«embellir» la réalité.

«J'en suis à un point où je me demande s'il n'y a pas un déficit d'empathie», a-t-il lancé.

Quand le ministre a rétorqué que les agents faisaient «de leur mieux», M. Cummings a explosé: «Qu'est-ce que ça veut dire quand un enfant reste dans ses propres excréments? Quand il ne peut pas prendre une douche? Enfin, on est où? (...) Ce sont des êtres humains!»

Kevin McAlennan a répondu que «personne ne déféquait dans sa propre couverture», que les agents permettaient aux enfants de se doucher et lavaient leurs vêtements.

Selon lui, le rapport d'une ONG ayant fait état de l'absence de brosses à dents ou de douches dans un centre de rétention près d'El Paso n'est «pas fondé sur des faits».

Les États-Unis sont confrontés à une hausse des arrivées de migrants avec plus de 100 000 arrestations chaque mois depuis mars, dont de nombreuses familles ou des enfants non accompagnés.

Les structures de rétention sont engorgées et plusieurs rapports ont décrit les conditions difficiles des migrants entassés et obligés de dormir sur le sol.

Donald Trump, qui a fait de la lutte contre l'immigration illégale une de ses priorités, et l'opposition se renvoient la responsabilité de cette situation. Pour le président, le refus des démocrates de modifier les lois migratoires empêche d'endiguer les flux. Pour les démocrates, les droits des migrants sont violés par l'administration.