/news/currentevents

Dans la peau d'un tireur d'élite du Groupe tactique d'intervention

Pierre-Antoine Gosselin | TVA Nouvelles

Après avoir visité les hauteurs du Centre Vidéotron avec le Groupe tactique d'intervention (GTI), TVA Nouvelles a obtenu un accès exclusif à un entraînement hors du commun.

Le GTI nous transporte dans son champ de tir. Un lieu secret dont on doit taire l'emplacement, à la demande du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

 

«Le GTI, c’est entre 100 et 130 missions par année. Les gens pensent que le GTI est en action de façon très particulière dans une année alors que c’est plutôt régulier. Selon les missions, ils ont le devoir d’être furtifs», explique Jean-François Bernier, inspecteur au SPVQ.

 

Saviez-vous que chaque membre de ce groupe a reçu une formation par le FBI? Avec des interventions aussi régulières, un exercice comme celui-là devient nécessaire. L'objectif est de créer un scénario ou un parcours qui se rapproche le plus possible de la réalité.

«C’est du tir à la cible, ça reproduit toujours la mise en action par rapport aux cibles ou la menace», ajoute Monsieur Bernier.

Parmi les spécialités des autres spécialités du GTI, les tireurs d’élite: un autre type d’entraînement.

 

«Les tireurs d’élite ne sont pas là seulement de façon «engagée», mais également pour donner de l’information aux policiers sur le terrain, en tant qu’observateurs. Ça prend un sang-froid exemplaire.»

Ces policiers ont tous débuté leur carrière au même endroit, à la patrouille. Un travail salué par le lieutenant du GTI, dont l’identité ne sera pas dévoilée pour des raisons de confidentialité.

 

«Tous les policiers qui font partie du GTI ont débuté dans un véhicule de patrouille. On a la chance de s’entraîner, d’être équipé et de maintenir nos compétences. Mais le travail le plus important actuellement se fait sur le terrain et là où il y a le plus de risque, de danger, c’est pour les opérateurs des véhicules patrouille», raconte-t-il.

Pour passer de la patrouille au GTI, il faut s'armer de patience, avoir un minimum de quatre années de permanence et passer par un processus de tests et de formations de plusieurs mois.