/regional/montreal/laurentides

Le chef de Kanesatake exige des excuses pour que la rencontre ait lieu

Nicholas Des Rosa | Agence QMI et TVA Nouvelles

La rencontre entre le grand chef de Kanesatake et le maire d’Oka n’aura pas lieu tant et aussi longtemps que ce dernier ne présente pas ses excuses pour ses propos à l’endroit de cette communauté autochtone.

C’est du moins ce qu’a laissé entendre le grand chef de Kanesatake, Serge Simon, en entrevue à l’émission matinale de QUB radio, vendredi matin.

«Il va falloir [que le maire] s’excuse pour la façon dont il a exprimé ses inquiétudes parce que ç’a sorti quand même pas mal raciste. Si le maire réussissait à trouver le courage de s’excuser, on pourrait peut-être commencer un dialogue, mais pas pour le moment», a soutenu Serge Simon, en entrevue téléphonique.

À LIRE ÉGALEMENT

Une rencontre entre le maire et le grand chef la semaine prochaine pour apaiser les tensions

Climat de tension à Oka

Tensions à Oka : un litige territorial qui ne date pas d’hier

Plus tôt cette semaine, le maire d’Oka, Pascal Quevillon, a exprimé son opposition à la cession de lots vacants d’un propriétaire okois aux Mohawks, craignant que sa ville devienne entourée de «cabanes à cigarettes et des cabanes à pot».

En entrevue à TVA Nouvelles, jeudi matin, le maire d’Oka a été catégorique: «On voit un peu ce qui se passe présentement à Kanesatake, et on ne veut pas que ces choses-là descendent chez nous à Oka».

Le grand chef de Kanesatake a déploré vendredi que le discours du maire «était tout le temps autour de la race» et s’est questionné à savoir si le maire «aurait eu la même attitude» si c’était plutôt des «communautés juives» qui avaient obtenu ces terres.

Ce territoire fait partie de ceux qui reviendraient de droit à la nation mohawk depuis 150 ans et que revendique toujours la nation aujourd’hui.

Serge Simon a également confirmé à TVA Nouvelles qu’il devait bientôt s’entretenir avec la ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, à ce sujet.

Vendredi soir, dans un communiqué conjoint, Mme Bennett et sa collègue provinciale des Affaires autochtones, Sylvie D'Amours, ont indiqué qu’elles «travaillent ensemble et ont offert leur appui conjoint au maire d'Oka et au Grand Chef de la communauté de Kanesatake dans les discussions futures, afin de résoudre les questions en suspens entre les communautés».

«Ensemble, nous tracerons la voie à suivre pour faire progresser la réconciliation et bâtir un avenir meilleur pour tous», ont affirmé les deux ministres.

Dans la même catégorie