/finance/consumer

Les véhicules électriques exemptés des frais de péage?

Frédéric Allali | Journal de Montréal 

Depuis janvier 2016, un plan d’action en électrification des transports a été lancé par le ministre des Transports du Québec. En vertu de ce plan, les véhicules électriques sont exemptés des frais de péage sur les ponts de l’A-25 et de l’A-30 express. Cependant, dans les faits, est-ce si simple que ça ?

En fait, les démarches sont compliquées et on se demande si l’objectif n’est pas de faire abandonner quelqu’un qui voudrait se prévaloir de ce privilège.

En 2015, une volonté du gouvernement en vue de l’exemption tarifaire pour les véhicules électriques a mené à ce que, le 1er janvier 2016, dans le cadre du plan d’action en électrification du ministère des Transports du Québec, les véhicules électriques soient exemptés de payer les frais de passage sur les ponts payants de la métropole et des environs.

Facture par la poste

Le problème, c’est que si vous passez avec un véhicule électrique sur l’un de ces ponts, tout simplement, vous allez recevoir une facture par la poste et vous ne serez pas exempté de la payer.

Étrange, non ?

Après de multiples démarches pour tenter de comprendre la situation, les représentants de l’A-25 expliquent que pour être exempté des frais de péage, il faut inscrire le véhicule aux registres afin que le propriétaire de celui-ci puisse ne pas recevoir de facture au passage.

Ainsi, le premier réflexe de tout utilisateur serait de se dire « très bien, alors sur quel site dois-je aller pour inscrire mon véhicule ? ».

Dès lors, un autre problème se dresse : l’A-25 et l’A-30 ne permettent pas l’enregistrement des véhicules par internet et exigent que l’on se déplace à leurs bureaux afin d’inscrire le véhicule.

Lourd processus

En 2019, vraiment ? Les appareils photo et ordinateurs qui identifient tous les véhicules aux passages des ponts à péage ne pourraient-ils pas reconnaître une plaque verte distinctive des véhicules électriques ?

En fait, en plus de ne pouvoir tout simplement s’inscrire sur internet, il faut se faire émettre un transpondeur que le véhicule devra avoir en tout temps, et ce, afin de ne pas payer les frais de passage. Cette démarche vaut peut-être la peine pour quelqu’un qui, tous les matins, doit prendre le pont à péage pour se rendre au travail, mais pour le passeur occasionnel qui passe quelques fois par mois, cette démarche en vaut-elle la peine ?

Ainsi, bien qu’il était louable du ministère des Transports de voir à favoriser l’utilisation des véhicules électriques et ainsi favoriser l’utilisation gratuite des ponts payants dans la grande région de Montréal, la question administrative entourant le processus pour ne pas payer son passage bloque l’utilisateur.

Si l’on considère les moyens à notre disposition en 2019 qui pourraient simplement rendre le passage des ponts payants gratuits aux véhicules électriques, sans démarche additionnelle, il est à se demander pourquoi tant de démarches sont nécessaires.

Ce lourd processus aura nécessairement l’effet de dissuader l’utilisateur (surtout occasionnel) de faire les démarches nécessaires pour passer gratuitement sur les ponts. Dans l’état actuel des choses, bien des utilisateurs de véhicules électriques reçoivent des factures quand même.

De toute évidence, ce n’est pas tout le monde qui est au courant !

Conseils

- Ne traversez pas un pont payant en comptant simplement sur votre plaque verte électrique.

- Vérifiez auprès des administrateurs des ponts payants pour vous assurer qu’ils vous feront bénéficier de la gratuité, et à quelles conditions.

- Rappelez-vous aussi que les véhicules électriques ne paient pas sur les traversiers du Québec, mais encore là, il faut vérifier les conditions préalablement.

- Vérifiez sur les sites internet de l’A-35, l’A-30 et des traversiers pour vous assurer des démarches à suivre pour ne pas payer votre passage.

Dans la même catégorie