/finance/homepage

Endettés, des baby-boomers pensent travailler après la retraite

Agence QMI

Financial accounting

sebra - stock.adobe.com

Environ 29% des Québécois approchant de la retraite affirment qu’ils devront retourner sur le marché du travail, estimant leur épargne insuffisante pour subvenir à leurs vieux jours, selon un sondage.

L’étude de RBC sur les mythes et les réalités de la retraite indiquent qu’en moyenne, les baby-boomers dont les actifs investissables s'élèvent à 100 000 $ ou plus pensent devoir épargner environ 806 000 $ pour prendre leur retraite. En moyenne ils ont toutefois déjà épargné 606 000 $ pour la retraite.

Si 63% de ces Québécois n'ont pas l’intention de retourner au travail, près de un pré-retraité québécois sur six croit qu’il prendra leur retraite avec endettement (16%).

Tandis que 43% des répondants envisagent de réduire leurs dépenses ou de déménager, 25% disent ne pas avoir encore de plan financier.

«En creusant un peu, on se rend compte que bon nombre de baby-boomers craignent que leur épargne soit insuffisante parce qu'ils ne savent tout simplement pas par où commencer pour faire cette détermination», a expliqué Brigitte Felx, planificatrice financière chez RBC.

Selon cette dernière, la «meilleure approche consiste à établir d'abord les attentes (notamment le mode de vie souhaité à la retraite) et les sources de revenu de retraite, puis à élaborer un plan».

Au Canada, jusqu’à 21% des baby-boomers non retraités qui estiment que leur épargne sera insuffisante au moment de leur départ à la retraite comptent sur un héritage inattendu et 3 % sur un gain à la loterie.

Le sondage RBC sur les mythes et les réalités de la retraite 2019 a été mené par la firme Ipsos du 2 au 8 avril 2019 auprès de 2000 Canadiens.