/news/currentevents

L’hélicoptère du PDG de Savoura localisé

TVA Nouvelles et Axel Marchand-Lamothe | Journal de Montréal

L'hélicoptère à bord du quel voyageaient le PDG de Savoura et son fils a été localisé après deux semaines de recherches.

 

Il a été trouvé par l'hélicoptère de la SQ près du Lac Valtrie au nord du parc national du Mont Tremblant.

La Sûreté du Québec a d'abord indiqué via Twitter que «tout porte à croire qu'il s'agit de l'appareil de Stéphane Roy».

 

 

 

En fin de journée jeudi, les policiers travaillaient à se frayer un chemin sur les 200 mètres entre la petite route de gravelle et le lieu du crash.

Un deuxième hélicoptère nécessaire

Selon les informations obtenues par TVA Nouvelles, un premier hélicoptère de la Sûreté du Québec a survolé le lac Valtrie et son équipage a aperçu l’appareil écrasé au sol.

Comme il s’agissait d’un petit hélicoptère, ils ont dû appeler un deuxième appareil muni d’un treuil, à bord duquel se trouvaient des policiers formés pour descendre au sol.

Il aura fallu attendre près d’une heure avant son arrivée sur le site de l’écrasement, le temps qu’il décolle de l’aéroport de Saint-Hubert, en Montérégie, et qu’il survole les lieux.

Une fois au sol, les policiers n’ont pu que constater les corps de Stéphane Roy et de son fils Justin dans les environs immédiats du Robinson R44.

Difficile à voir

Malgré les centaines d’heures de recherches aériennes des Forces armées canadiennes, de la Sûreté du Québec et des pilotes bénévoles, il aura fallu une quinzaine de jours pour retrouver l’Appareil, dans ce secteur densément boisé.

«Du haut des airs, ce n’est pas plus gros qu’une voiture. Ce n’est pas gros, un R44. C’est extrêmement difficile à voir du haut des airs», souligne l’expert en affaires policières Jean-François Brochu. «C’est possible que des hélicoptères soient passés dans ce secteur-là sans le voir. Il ne faut pas leur faire de reproches. C’est très difficile.»

Selon lui, c’est fort probablement à contrecoeur que les policiers avaient décidé d’interrompre leurs recherches aériennes dans les derniers jours.

«C’est un défi pour les policiers une affaire comme celle-là. [...] Un échec est très difficilement acceptable.»


 

Dans la même catégorie