/finance/homepage

Stéphane Roy, un homme d’affaires prospère

Agence QMI 

Avec une superficie de 24 hectares, l'entreprise de Stéphane Roy est considérée comme le plus important producteur en serre au Québec. Elle est devenue un fleuron québécois connu à travers le Canada et même aux États-Unis.

L'entreprise est spécialisée dans la production de tomates de serre traditionnelles et biologiques de tous les types (tomates cocktail, cerise et autres) sur ses neuf sites à travers le Québec. Elle emploie 400 personnes.

À LIRE ÉGALEMENT

«Le Québec perd un bâtisseur»

C’est en 2015 que Stéphane Roy est devenu propriétaire des tomates Savoura, créée en 1988 et maintenant un fleuron québécois de l’industrie connu à travers le Canada et même aux États-Unis.

À l’époque, les Serres du Saint-Laurent, propriétaire de la marque Savoura, étaient en faillite quand l’entreprise de Stéphane Roy a mis la main dessus. Il parlait alors d’une «acquisition grandement stratégique» qui devait permettre de consolider la présence de Sagami dans l’industrie serricole au Québec.

L’intention de Stéphane Roy était de développer «une réelle synergie» entre les marques Sagami, Savoura et Biologico, et de tout mettre en œuvre pour que les tomates, et éventuellement d'autres produits maraîchers cultivés en serres, occupent une part toujours plus grande sur le marché québécois.

C’était alors la cinquième acquisition en 15 ans pour la compagnie de M. Roy. Avant cette transaction, la compagnie Serres Sagami avait fait l’achat des actifs des Serres Lacoste aux Éboulements, dans une transaction évaluée à 200 000 $, en décembre 2014.

Fondées en 1995 par Stéphane Roy, Serres Nouvelles cultures avait fait l’acquisition en l'an 2000 de Serres Sagami au Saguenay et de sa production de tomates qui portait alors le nom de Sagami, une contraction de deux mots: Saguenay et Piékouagami.

En novembre 2002, l’entreprise achetait les Serres Savoura Sainte-Marthe. En août 2013, elle faisait l’acquisition du site de Mirabel. L’année suivante, l’entreprise remportait un prix de reconnaissance. Elle cultive et commercialise des tomates biologiques depuis 2011 et, depuis décembre 2017, des fraises produites sur son site de Danville, en Estrie.

En marge de la légalisation du cannabis, Stéphane Roy n’a pas voulu troquer sa culture de tomates en serre pour la culture de cannabis, même si cette dernière est plus payante que la production maraîchère.

L’an dernier, l'entreprise a eu droit à une aide financière globale de 10,3 millions $ pour la construction, dans le secteur Saint-Janvier, à Mirabel, d'un complexe de 6,1 hectares consacré à la culture de tomates biologiques en serre, et chauffé à la biomasse forestière résiduelle. Commercialisées sous la marque Savoura Bio, ces tomates approvisionneront les réseaux de distribution du Québec et de l'Amérique du Nord.

En plus d’être un homme d’affaires prospère, Stéphane Roy était un pilote d’expérience avec à son actif de nombreuses heures de vol.

Dans la même catégorie