/regional/quebec/quebec

Un bébé naît sur le pont Pierre-Laporte

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Les ambulanciers Hélène Vachon et Sébastien Cliche étaient tout sourire au moment de rédiger leur rapport d’intervention, mercredi soir. Les partenaires de travail en étaient chacun au premier accouchement de leur carrière.

Gracieuseté

Les ambulanciers Hélène Vachon et Sébastien Cliche étaient tout sourire au moment de rédiger leur rapport d’intervention, mercredi soir. Les partenaires de travail en étaient chacun au premier accouchement de leur carrière.

Une maman de Lévis aura une belle histoire bien particulière à raconter à son enfant dans quelques années, elle qui n’a eu d’autre choix que de mettre au monde son bébé dans l’ambulance, au milieu de la circulation sur le pont Pierre-Laporte, mercredi soir.

Quand les ambulanciers Hélène Vachon et Sébastien Cliche ont pris en charge la dame à son domicile, l’accouchement semblait déjà très proche, mais tout laissait croire que la mère serait en mesure de se rendre à l’hôpital à temps.

Finalement, le petit bébé en a décidé autrement et les contractions se sont intensifiées juste au moment où les ambulanciers s’engageaient sur le pont en direction du Centre mère-enfant Soleil du boulevard Laurier.

«Le bébé a décidé qu’il n’attendait pas», lance M. Cliche, 38 ans. 

Un défi supplémentaire

Le problème, c’est qu’on ne s’arrête pas comme on veut quand on traverse le fleuve en véhicule. Incapables de s’immobiliser de façon sécuritaire sur l’accotement, les paramédics ont été contraints d’entamer l'accouchement en plein déplacement.

Pour ajouter un niveau de difficulté supplémentaire, l’enfant n’avait pas la tête vers le bas et s’est plutôt présenté en siège, soit par le bas du corps.

C’est M. Cliche qui accompagnait la maman à l’arrière du véhicule. «Ça n’arrive pas souvent. Ça arrive peut-être une fois dans une carrière, des interventions comme ça», dit-il, en admettant que l’événement lui a tout de même donné une bonne dose d’adrénaline. 

En fin de compte, «ça s’est vraiment bien déroulé. Tout s’est fait naturellement et sans effort», ajoute-t-il.

Bien que tous les deux ont plus de 10 ans d’expérience, l’homme et sa collègue en étaient chacun à leur premier accouchement en carrière. Il faut souligner que les ambulanciers sont tous formés pour ce type d’urgence et en révisent les procédures chaque année. 

Quand l’ambulancière Hélène Vachon, 40 ans, a pu immobilier leur véhicule de l’autre côté du pont, l’essentiel du travail était déjà complété. «Une fois qu’on s’est stationnés, le bébé était déjà sorti. On a fait l’évaluation du bébé pour s’assurer que tout était correct. Ma collègue a coupé le cordon ombilical», explique Sébastien Cliche.

La mère se portait tout aussi bien que l’enfant. «Elle était vraiment très calme. C’était impressionnant», dit M. Cliche.

Rarissime

L’entreprise Dessercom, a publié un communiqué, jeudi, pour féliciter ses deux employés. Elle a préféré taire le sexe du bébé pour des raisons de confidentialité.

«Les accouchements en contexte préhospitalier sont relativement rares, mais une présentation par le siège l’est d’autant plus», souligne Francis Brisebois, coordonnateur aux communications de Dessercom.

«Vous pouvez imaginer à quel point c’est gratifiant pour des paramédics de réaliser ce genre d’accouchement et qu’à terme tout le monde soit en excellente santé», a ajouté le porte-parole.