/regional/quebec/chaudiereappalaches

En affaires après le «roadtrip» d'une vie en Amérique

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

PHOTO DIDIER DEBUSSCHERE

Deux jeunes aventuriers beaucerons ont trouvé leur voie en parcourant l’Amérique l’année dernière à bord d’un vieux camion Dodge 1981. Un an plus tard, les voilà dirigeants de leur propre entreprise à restaurer et à louer des campeurs antiques.

Gabriel Fecteau-Gilbert, 22 ans, et Francis Fecteau, 23 ans, n’avaient pas du tout l’intention de se lancer en affaires quand ils ont acheté au rabais le vieillissant Dodge Transvan pour le retaper et partir à l’aventure.

Avec un troisième ami, les voyageurs ont mis sur pause leur vie pour mettre le cap vers un périple de près de 30 000 kilomètres aux États-Unis, dans l’Ouest canadien et au Mexique, au printemps 2018.

Les jeunes hommes auraient pu en rester là, mais l’été suivant, alors que deux d’entre eux retournaient sur les bancs d’école, ils ont décidé de mettre en location leur vénérable campeur. Malgré son âge, il ne les avait jamais laissés tomber.

Saut dans l’inconnu

« Il était très demandé. On ne s’attendait pas à ça. De là est née l’idée de commencer à se construire une flotte, puis de lancer une entreprise de location de vans et de roulottes antiques », raconte Gabriel.

Lui et Francis ont réalisé un autre saut dans l’inconnu en mettant pratiquement toutes leurs économies dans l’achat de deux autocaravanes et deux roulottes qui ont entre 37 et 46 ans, qu’ils ont ensuite soigneusement remises au goût du jour dans leur atelier de Saint-Victor.

« On a voulu partager notre expérience. On avait tellement tripé durant le voyage qu’on s’est dit : pourquoi ne pas offrir ça à monsieur ou madame Tout-le-Monde, pour qu’ils puissent vivre la même chose que nous », indique le jeune entrepreneur.

Avec un petit budget, l’entreprise « Vintage Vans » est née en octobre 2018. Surprise : le calendrier de réservations affiche complet presque tout le temps cet été, et ce, sans même avoir fait de la publicité. Le concept plaît aux vacanciers nostalgiques.

De serveur à entrepreneur

« Sans ce voyage [en 2018], il n’y aurait rien de tout ça, c’est sûr. Je travaillerais probablement encore comme serveur dans un resto », lance Gabriel qui est aujourd’hui son propre patron.

Le duo d’entrepreneurs n’a peut-être pas de formation spécifique en mécanique ou en design intérieur, mais « on est assez débrouillards, on pose des questions et on aime apprendre », insiste Gabriel.

Les associés envisagent déjà de se procurer de nouveaux véhicules et peut-être même d’embaucher un employé. Par contre, on ne risque pas de les voir se lancer dans la location de véhicules récréatifs neufs de sitôt.

« On dirait qu’il y a comme une aura autour d’un véhicule quand il a un certain âge, explique Gabriel. Il a une histoire. Quand tu te promènes, tu as toujours des thumbs up. Les gens sont intéressés par le véhicule. Ils vont t’approcher et ça facilite les rencontres. Tu peux t’imprégner de la culture locale, que ce soit dans les Maritimes ou au Belize », dit-il.

Un périple de rêve

C’est après avoir sillonné l’Amérique au printemps 2018 que Gabriel Fecteau-Gilbert et son associé se sont découvert une fibre entrepreneuriale. Ci-bas, trois moments marquants de leur périple.

Skier dans les Rocheuses du Colorado

« On a fait six ou sept monts au Colorado, dont la plus haute montagne skiable en Amérique du Nord, à Breckenridge. C’était aussi la première destination du voyage, alors quand on est arrivés, c’était un accomplissement pour nous. »

Baja California, Mexique

« C’est une péninsule au sud de la Californie, mais qui fait partie du Mexique. Une grande partie est désertique. Ce sont des forêts de cactus géants, et il n’y a personne. Tu te promènes là-dedans, et tu campes où tu veux. »

Pêche en haute mer à Puerto Vallarta, Mexique

« Nous avons visité une entreprise qui appartient à des Québécois, un père et son fils qui ont tout vendu au Québec pour lancer leur compagnie (High Tides Fishing) là-bas. On ne les connaissait pas et ils nous ont accueillis comme si on était leurs vieux chums. »