/news/society

Alcool au volant: un fléau devenu une habitude?

Alexis Tremblay | TVA Nouvelles

Près d’un québécois sur 10 dit avoir déjà conduit en dépassant la limite d’alcool permise par la loi, selon les résultats d’un nouveau sondage dévoilé par l’organisme Éduc’alcool.

Pour l’ensemble du Québec, 8% des Québécois l’affirment. Ils sont aussi 48% à croire qu’il est probable de se faire intercepter lors d’un barrage policier. En Estrie cependant, la situation est plus problématique: 9% disent avoir conduit en dépassant la limite et seulement 46% craignent d’être interceptés par les policiers.

«C’est en Estrie que les gens, selon nos résultats, sont les moins contrôlés. Seulement 16% des répondants disent avoir été intercepté par un barrage l’an dernier, explique Hubert Sacy, directeur général de l’organisme Éduc’alcool. C’est le plus bas résultat au Québec. Alors c’est certain que si ceux qui consomment n’ont pas peur des conséquences, ils vont prendre une chance.»

Des bords de routes jonchés de canettes

À Sherbrooke, les bords de routes illustrent à leur façon la témérité des conducteurs d’ici. En une vingtaine de minutes seulement, un journaliste de TVA Nouvelles a été en mesure de remplir un bac bleu de recyclage avec des canettes de bière vides et autres boissons alcoolisées.

Une situation qui n’est évidemment pas unique à la région, mais qui laisse craindre que des conducteurs ne se gênent pas pour boire à même leur véhicule.

Un chauffeur désigné, ça se trouve!

À la microbrasserie Siboire, Jean-François profite de l’après-midi ensoleillé pour prendre verre avec ses amis. Il sait qu’il devra prendre son véhicule ensuite et il a prévu le coup.

«J’ai un chauffeur désigné! Il boit son eau pétillante et je lui fais confiance. Il conduit bien en plus. Moi je veux faire attention. On ne sait jamais ce qu’il peut arriver, les vies qu’on peut briser.»