/news/currentevents

Mort inexplicable en moto

Amélie St-Yves | Journal de Montréal

Les proches d’un retraité qui réalisait des capsules vidéo sur la sécurité à moto s’expliquent mal comment « le gars le plus sécuritaire du monde » a pu trouver la mort dans une sortie de route en Outaouais la semaine dernière.

« Il ne négociait pas sur la sécurité. Il y a des gens qui vont laisser aller le morceau, lui ne le lâchait pas », témoigne Lorraine Forget, la conjointe de Michel Plante.

L’homme de 74 ans est décédé en motocyclette après une sortie de route dans une courbe du chemin du Tour-du-Lac, à Lac-Simon­­­ en Outaouais, le 25 juillet dernier.

Sa conjointe ignore si un malaise est en cause, mais elle s’imagine bien mal qu’une maladresse soit à l’origine du drame.

« En fait, ce qu’on peut dire, c’est que l’inexplicable peut arriver », dit-elle avec philosophie.

L’homme de Blainville pouvait être très obstiné quand il était question de rentrer en vie, selon elle.

Depuis quelques années, le retraité de Bell Canada réalisait des capsules vidéo dans lesquelles il faisait dérouler des images et du texte qui abordaient différents thèmes sur la sécurité à moto, comme les bons vêtements à porter, l’ajustement des miroirs et la sécurité dans les courbes.

211 vidéos

Sa chaîne YouTube , intitulée de son surnom Mike Draco, lancée en février 2013, contient 211 vidéos et cumule 114 300 vues. Son groupe Facebook, Moto-Sécurité, créé en 2016, compte 268 membres.

Les conseils de Michel Plante ont sans doute permis à des Québécois d’être encore en vie aujourd’hui, selon son ami de longue date Luc Dufour.

« Quand il roulait avec du monde, il avait un but : c’était de partir avec le sourire le matin, mais d’être capable de ramener tout ce monde-là avec le sourire le soir », affirme-t-il.

Luc Dufour va continuer à faire de la moto en mémoire de son ami, un homme qu’il qualifie d’extrêmement humain.

« Un accident de moto, ça peut arriver à tout le monde. La preuve, Michel vient d’en décéder, et c’était le gars le plus sécuritaire au monde. Mais au moins, il n’avait pas une grafigne sur le corps », dit-il, en faisant référence à l’équipement.

Michel Plante était père de deux enfants, avait trois petites-filles et un arrière-petit-fils.

Neuf hommes et trois femmes ont perdu la vie dans les 12 collisions mortelles à survenir au Québec depuis le début des vacances de la construction.

Dans la même catégorie