/news/society

«Hydro-Québec doit mieux respecter les gens»

Cédérick Caron | Journal de Montréal

Cédérick Caron/Journal de Montréal

Un Montréalais se bat depuis deux ans contre Hydro-Québec pour empêcher l’installation de transformateurs dans sa cour arrière. Il pourrait se faire couper l’électricité s’il continue à s’entêter.

Gabriel Serbanescu reconnaît qu’il y a une servitude d’Hydro-Québec derrière sa demeure de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal, et que, légalement, la société d’État doit y avoir accès pour de l’entretien ou des travaux.

Ce qu’il conteste, c’est qu’un ou des transformateurs soient installés dans sa cour, alors qu’ils sont rendus nécessaires par la construction d’un immeuble de 48 condos derrière chez lui.

« Pourquoi est-ce qu’ils ne les installent pas du côté des condos ? Ils ont un grand stationnement. Il y a de la place. Ils pourraient ajouter deux poteaux et passer des fils électriques, plaide M. Serbanescu. Je vais me retrouver avec trois transformateurs à 6 mètres de la fenêtre de ma chambre à coucher. C’est ce que je vais voir quand je vais regarder dehors. »

La seule option possible

M. Serbanescu affirme que lors de la première visite d’un représentant de la société d’État sur son terrain, on lui a indiqué qu’un ou deux transformateurs seraient installés sur le poteau dans sa cour, mais qu’un troisième pourrait être nécessaire lorsque les deux phases de construction du projet de condominiums seraient complétées.

« Nous avons fait toutes les analyses techniques nécessaires et c’est vraiment la seule option possible », précise le chef Affaires publiques et médias chez Hydro-Québec, Marc-Antoine Pouliot. Il ajoute que seul un transformateur, mais plus puissant, devrait être installé.

Mises en demeure, poursuite, implication de deux cabinets d’avocats, M. Serbanescu ne lésine pas sur les moyens pour tenter de freiner la société d’État.

Toutefois, après avoir perdu une demande d’injonction à la fin du mois de juin dernier devant la Cour supérieure afin de faire stopper l’aménagement, il a reçu une lettre par huissier qui l’avisait qu’on allait lui couper le courant à distance s’il ne donnait pas accès à son terrain dans les 9 jours suivants. L’échéance est pour demain.

Une servitude est un droit immobilier confirmé par un acte notarié. Celles d’Hydro-Québec comprennent normalement le droit d’installer, d’ajouter, d’entretenir et d’exploiter des lignes de distribution d’électricité et des lignes de télécommunications aériennes ou souterraines, comme sur un bout du terrain de M. Serbanescu.

Celui qui a fui la Roumanie à la nage en 1980, combattu un cancer du côlon et subi une greffe du foie prévient qu’il ne cédera pas facilement.

« Je vais me rendre jusqu’en Cour suprême s’il le faut. Hydro doit mieux respecter les gens. »

L’homme de 69 ans ne craint pas les conflits. Il poursuit présentement le Canadien Pacifique pour plus de 200 000 $ après qu’un train ait endommagé sa maison à la suite d’un déraillement, en 2015.

il en fabriquait aussi

Électricien de formation, il a passé les 10 dernières années de sa vie de travailleur à fabriquer des transformateurs à Montréal. Maintenant, il craint ces appareils.

« Je connais ça. Ça crée des champs électromagnétiques. C’est comme un four micro-ondes qui fonctionne en permanence. Je ne veux pas qu’il y ait des conséquences sur ma santé », craint le père de sept enfants.

De son côté, Hydro-Québec se fait rassurante. « Il n’y a absolument aucun danger avec ce type d’installation », assure M. Pouliot.

La sensibilité aux ondes magnétiques est reconnue comme une maladie en Ontario, mais pas au Québec. Les études sur le phénomène de l’électrosensibilité suscitent bien des débats.