/news/law

La SAQ devra reprendre un patron qui buvait au boulot

Amélie St-Yves | Journal de Montréal

STOCKQMI-SAQ

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Un directeur d’une Société des alcools du Québec qui s’est fait prendre par des caméras à boire au travail de l’alcool qu’il volait sur les tablettes doit être réembauché, a tranché le Tribunal administratif du travail.

«On se serait attendu à ce qu’une société publique spécialisée dans la mise en marché de produits alcoolisés ait une sensibilité particulière face aux problèmes de consommation d’alcool d’un des employés », a déclaré le juge administratif François Demers, mardi dernier, à Montréal.

En mai 2017, Jean Chabot, qui dirige une succursale non précisée dans le jugement, a été dénoncé par un de ses employés auprès de la haute direction.

Des caméras de surveillance ont été installées et le rapport d’un enquêteur externe a conclu que le directeur avait consommé l’équivalent de 5,2 bouteilles en neuf jours de surveillance.

Les caméras ont notamment capté M. Chabot en train de prendre une bouteille sur les rayons et aller la cacher dans la cuisine sans la boire immédiatement. Il lui est par ailleurs arrivé de jeter des fonds de verre, de boire avec les employés ou de s’abstenir complètement.

Alcoolisme

«Selon la SAQ [Société des alcools du Québec], ces éléments démontrent que monsieur Chabot est capable de “gérer” sa consommation, ce qui serait incompatible avec l’alcoolisme», résume le jugement.

Le directeur a été suspendu le 14 juin 2017 et a rencontré l’enquêteur le lendemain, sans rien nier.

«Peu importe la décision, je vais suivre la cure de désintox. [...] J’espère que la SAQ va me donner une seconde chance», a dit l’homme qui avait 30 ans d’expérience, selon le jugement.

La SAQ indiquait l’avoir congédié le 12 juillet 2017 pour vol de produits, ce pour quoi elle n’a aucune tolérance. Or, le juge du tribunal en est arrivé à la conclusion que c’est le handicap qui l’a poussé à voler et que, par conséquent, le congédiement découlait du handicap.