/news/techno

Louez un chien à Montréal en quelques clics

TVA Nouvelles

Vous souhaitez louer un chien pendant quelques heures pour vous désennuyer, pour faire du sport ou même pour agrémenter une séance photo?

C’est maintenant possible grâce à une application. Mais certains vétérinaires questionnent cette nouvelle pratique.

En quelques clics et en payant 9,99 $ par mois, vous pouvez louer un des 250 chiens inscrits à Montréal sur l'application Dogtime Community.

TVA Nouvelles a fait le test et a inscrit Yoshi, un setter irlandais de 6 ans, sur l’application.

Même si la plateforme demande à ce que le chien soit non agressif et enregistré selon les normes de la municipalité, aucune preuve n'a été exigée lors de l'inscription.

En quelques minutes, Mélodie, une jeune femme de 18 ans, proposait d'aller marcher avec Yoshi.

«Mais aller dans un parc à chiens, c'est une habitude. Il y a toutefois des chiens qui n’aiment pas la compagnie des autres chiens. Ce n’est pas du tout un plaisir pour eux que d'aller au parc à chiens. Donc, il faut vraiment savoir à quoi le chien est habitué, mais ce qu'il aime aussi», explique Lucie Héneault, vétérinaire membre du Réseau Passionimo.

La location d’un chien comporte plusieurs risques au niveau de la sécurité, selon la vétérinaire.

«Est-ce qu'il est expérimenté avec les enfants? Est-ce qu'il a déjà vu des hommes? Le risque d'accident me paraît augmenté. Vraiment, ça revient à la personnalité du chien. Mais je vois plus de chiens qui trouveraient que c'est anxiogène que des chiens qui y prendraient plaisir», s’interroge Mme Héneault.

«Si le chien s'enfuit, et on le perd, qui est responsable de ça? Si le chien, par exemple, se casse une patte pendant la période où il est avec son gardien, qui paye pour les soins?», se demande la vétérinaire.

Impossible de parler avec un porte-parole de l'entreprise Dogtime Community, mais l'idée semble populaire auprès des propriétaires de chiens.

«C'est encore un petit bébé, donc je ne suis pas trop, trop à l'aise avec ça, mais oui. Pourquoi pas dans le futur, oui», déclare un propriétaire de chien rencontré par TVA Nouvelles.

«Je le fais déjà promener par quelqu'un et je lui ai fait confiance. Il vient chez moi le promener, donc si ça peut être une façon pour lui d'avoir plus d'exercice, pourquoi pas», soutient une autre propriétaire.

La vétérinaire Lucie Héneault croit que l’application pourrait être une bonne option pour les travailleurs et les étudiants débordés, ou même les gens qui se retrouvent à mobilité réduite pour une courte période.

L'idée n'est pas de condamner ce service, mais bien de baliser cette nouvelle tendance pour éviter des accidents ou des mauvaises surprises.