/news/techno

8chan, un forum où la haine est reine

TVA Nouvelles

Le forum 8chan, où se concentrent de nombreux discours haineux d’extrême droite, a été largué lundi par le fournisseur internet Cloudfare et son fondateur a réclamé sa fermeture après la publication par le tireur d’El Paso d’un manifeste raciste peu avant de tuer 20 personnes.

Peu avant la fusillade meurtrière d'El Paso samedi, le tireur, un homme blanc identifié par les médias comme Patrick Crusius, aurait publié sur 8chan un «manifeste» raciste évoquant une «invasion hispanique» du Texas et faisant l'éloge du massacre en mars de 51 personnes dans deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande.

L'auteur du massacre de Christchurch avait aussi fait part de ses intentions sur la section politique du forum 8chan. Il avait ensuite diffusé son attaque en direct sur Facebook Live durant 17 minutes avant que la retransmission ne soit désactivée.

Repaire des groupes d’extrême droite

Le forum 8chan a été fondé après la chute de son prédécesseur, 4chan, empêtré dans des scandales. Ce sont des sites qui sont mis en place par des militants en faveur de la liberté d’expression totale, explique la spécialiste en médias numériques Nellie Brière.

Le slogan du forum donne d’ailleurs le ton : «Vive la liberté de parole». Le forum n’a aucune modération, sauf lorsqu’un utilisateur contrevient à la loi américaine.

«8chan a pris la place de 4chan en 2016 environ. Depuis, c’est devenu le repaire des groupes d’extrême droite», note M. Brière.

Même le fondateur de 8chan, Frederick Brennan, qui a rompu tous ses liens avec le site, a estimé qu'il devrait être fermé.

«Fermez le site», a-t-il avancé. «Il n'apporte rien de bien au monde. Il est totalement négatif pour tout le monde sauf pour ses utilisateurs. Et vous savez quoi? Il est négatif pour eux aussi. Ils ne s'en rendent simplement pas compte».

Selon Mme Brière, le fondateur de 8chan apporte un point important quand il mentionne que les utilisateurs du forum ne réalisent pas l’ampleur de la haine véhiculée sur la plateforme.

«Ce genre de sites attirent les gens qui veulent aller très loin dans leur propos. Les gens qui sont sur ce site finissent pas être exposés à des trucs de plus en plus violents et à les trouver acceptables, souligne l’experte. À force de baigner dans des contenus qui sont hyper violents, haineux, sexistes ou racistes, on finit par trouver, sans s’en rendre compte, que c’est acceptable.»

Un problème plus global

Même si le forum 8chan fermait — comme le demande son fondateur —, il y a fort à parier qu’un autre site dans le genre verrait le jour, avance Mme Brière. La solution pour contrer ces discours haineux se situe donc ailleurs, sans pour autant être simple à mettre en œuvre.

«C’est une question très complexe, mentionne-t-elle. À quel moment contrevient-on à la liberté d’expression? Cette ligne-là, tout le monde ne la voit pas au même endroit.»

Actuellement, ce sont les entreprises privées qui s’occupent de la règlementation en la matière, mais les gouvernements se penchent de plus en plus sur la question.

Le premier ministre Justin Trudeau s’est d’ailleurs entretenu avec d’autres dirigeants pour évaluer la possibilité de mettre en place une charte numérique au Canada.

«Quels seront les moyens de cette charte? Est-ce que ça va se traduire en lois? Et ces lois, comment seront-elles applicables?», se questionne Mme Brière.

La question pourrait devenir un enjeu électoral, car si des souhaits ont été mis, aucune mesure politique n’a encore été mise en place pour prévenir la radicalisation sur ce type de forums.

- Avec l'AFP

Dans la même catégorie