/regional/quebec/quebec

Les coûts de restauration du pont de Québec caviardés

Marc-André Gagnon | Le Journal de Québec

photo Marc-André Gagnon

En vertu de la loi sur l’accès à l’information, Infrastructure Canada a envoyé à notre Bureau parlementaire un CD contenant un document entièrement caviardé concernant les coûts de restauration du pont de Québec, un dossier qui est désormais entre les mains de Justin Trudeau.

Comme si c’était Noël en juillet, l’auteur de ces lignes a reçu par la poste une enveloppe dûment affranchie dans laquelle se trouvait un disque compact et une lettre explicative du gouvernement fédéral.

En quelques jours seulement, Infrastructure Canada avait retracé le document contenant «une copie de la plus récente estimation des coûts de peinture du pont de Québec», tel que produit dans le cadre d’une autre demande d’accès à l’information.

Les chiffres tous masqués

Toutefois, le document transmis contient huit pages entièrement caviardées, à l’exception de quelques bordures de tableaux, d’en-têtes et de pieds de page.

Au plus, on peut en conclure que l’estimation des coûts des travaux de restauration du pont de Québec, qui exclut la réfection du tablier, a été calculée selon différents scénarios, échelonnés sur des périodes variant de 10 à 35 ans.

Quant aux détails des coûts, rien dans cette réponse à une demande d’accès à l’information ne permet d’en savoir davantage, les données ayant toutes été masquées par de grands rectangles noirs.

Le PM aura le dernier mot

En revanche, notre Bureau parlementaire a révélé au printemps dernier que le gouvernement fédéral évaluait en début d’années qu’il en coûterait aujourd’hui exactement 559 M$ pour repeindre le pont emblématique, grugé par la rouille depuis des années.

Selon nos informations, le ministre fédéral de l’Infrastructure, François-Philippe Champagne, avait proposé au Canadien National (CN) de même qu’au gouvernement du Québec de se partager la facture en trois parts égales, sur 25 ans.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, de même que la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, ont aussitôt refusé, puisque le gouvernement du Québec prévoit déjà investir 200 M$ dans la réfection du tablier routier du pont de Québec.

Lors de la dernière campagne électorale fédérale, en 2015, les libéraux fédéraux s’étaient engagés à trouver une solution en six mois.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, le dossier serait désormais entre les mains du premier ministre Justin Trudeau, qui sera d’ailleurs à Québec le 19 août prochain, pour annoncer la confirmation de l’aide fédérale accordée au projet de tramway de la Ville de Québec.

Dans la même catégorie