/news/currentevents

«C'était vraiment apocalyptique comme situation», raconte un témoin

TVA Nouvelles

Des automobilistes qui circulaient à proximité du lieu de l’accident sur l’autoroute 440, survenu lundi à Laval, risquent d’être marqués longtemps par les images et les sons dont ils ont été témoins.

Richard Bouchard fait partie de ceux-là. L’homme, qui a accordé une entrevue à LCN, roulait sur l’autoroute 15 en direction sud, près de l’embranchement avec la 440, quand s’est produite la tragédie.

À LIRE ÉGALEMENT

Un secteur souvent évité à cause du danger

Quatre personnes meurent dans l'accident sur l’A-440

Grave accident sur l'A440: le ministre Bonnardel promet d'agir rapidement

Il a d’abord aperçu des volutes noires dans le ciel, mais le panache s’est rapidement intensifié jusqu’à devenir «de la grosse fumée noire très épaisse».

«Quand je suis arrivé à la hauteur de l’accident, c’est vraiment là que j’ai vu l’ampleur de ce qui venait de se produire», a-t-il raconté. Un camion en flammes, puis un deuxième, et des véhicules, «deux ou trois», sévèrement accidentés, tous placés à des endroits différents... «C’était vraiment de la ferraille, on ne pouvait même pas dire quelle sorte de véhicule c’était exactement. C’était vraiment terrible à voir», a poursuivi le conducteur.

L’homme s’est souvenu sur-le-champ de la tragédie qui est survenue sur le boulevard Métropolitain, à Montréal, il y a presque exactement trois ans. Le 9 août 2016, un homme perdait la vie, prisonnier de son camion en flammes. À l’époque, M. Bouchard était également sur la route à ce moment-là et il avait aperçu un immense panache de fumée. Il a donc rapidement présumé que, cette fois-ci encore, il y aurait des blessés, voire des morts dans l’accident.

«Je voyais des autos de police arriver de partout, de l’est, de l’ouest... On entendait seulement des sirènes. C’était vraiment apocalyptique, comme situation, hier, sur la 440», a-t-il résumé.

En tout, 19 personnes ont été impliquées dans le grave accident. Quatre d’entre elles ont perdu la vie; trois se trouvaient toujours dans un état critique à l’hôpital. Les autres ont été blessées, mais on ne craignait pas pour leur vie.

Dans la même catégorie