/news/politics

Véronique Hivon renonce à briguer la direction du PQ

Agence QMI

Véronique Hivon a pris sa décision : elle ne briguera pas la direction du Parti québécois.

«Je vis le moment où ma famille a le plus besoin de moi depuis que je suis en politique et où j’ai le plus besoin d’être là pour elle», a-t-elle expliqué mardi sur son compte Facebook.

Elle souligne que c’est la seule décision qu’elle pouvait prendre «en toute sérénité».

En point de presse à Québec, Mme Hivon, qui représente la circonscription de Joliette, a rejeté l’idée que d’autres motifs pourraient avoir guidé son choix.

«Il y a toujours des gens qui vont faire toutes sortes de lectures, mais vous me connaissez assez pour savoir que je n'ai pas peur des défis», a-t-elle affirmé.

Pour elle, la conciliation travail-famille n’était pas compatible avec une vie de chef de parti, dans les circonstances actuelles.

«Il arrive que dans la vie, on vive des défis particuliers sur le plan personnel et familial. On n'a pas le choix de les vivre et de s'assurer qu'il n'y aura pas des pots cassés qu'on ne sera pas capable de recoller par la suite.»

Heure juste

«Même si la course n’aura pas lieu avant 2020, je trouve important de donner l’heure juste à mes collègues et aux membres du Parti québécois. Cela m’apparaît d’autant plus important que je siège sur un comité de travail en préparation de ce congrès», a-t-elle tenu à préciser sur Facebook.

Pour le moment, les candidats ne se bousculent pas pour prendre la place de Jean-François Lisée, qui a démissionné de son poste de chef à la suite des résultats des dernières élections provinciales en octobre 2018, marquées par un recul notable du PQ.

Mme Hivon note d’ailleurs que des défis importants attendent le prochain chef.

«Ce sera un défi énorme, mais extraordinaire à la fois de mener notre parti sur la voie du renouveau et de la reconnexion avec la population», a-t-elle expliqué sur Facebook.

Mme Hivon était en quelque sorte une étoile montante au sein du PQ. Lors de la dernière campagne électorale, M. Lisée en avait fait sa vice-chef, voulant démontrer la nécessité de donner une place aux femmes à la tête des instances politiques.

Joint par notre Bureau parlementaire, le seul autre candidat pressenti pour l’instant à la chefferie du PQ, le député de Jonquière Sylvain Gaudreault, a seulement indiqué que sa réflexion se poursuit, sans formuler de commentaires.