/news/currentevents

Il meurt durant sa journée d’initiation sur les incendies

Jonathan Tremblay | Journal de Montréal 

La Société de protection des forêts contre le feu a eu recours à des pompiers auxiliaires dimanche pour un incendie qui s’est déclaré la veille à Notre-Dame-de-la-Salette, en Outaouais.

Jean Lalonde

La Société de protection des forêts contre le feu a eu recours à des pompiers auxiliaires dimanche pour un incendie qui s’est déclaré la veille à Notre-Dame-de-la-Salette, en Outaouais.

Un homme de la réserve autochtone de Kitigan Zibi, en Outaouais, a perdu la vie en assistant des combattants de feux de forêt pour la première fois, dimanche, à Notre-Dame-de-la-Salette.  

«C’était son premier essai. Il voulait savoir s’il aimait ça», a soufflé hier sa mère Rita Nottaway, dévastée par la mort de son fils.  

Comble de l’ironie, Isaiah Nottaway, que ses proches surnommaient «Ziggy», fêtait ses 32 ans le jour de son décès.  

Dimanche après-midi, le jeune homme de la réserve algonquine près de Maniwaki a été appelé en renfort afin de maîtriser un incendie de forêt s’étant déclaré la veille et propagé sur cinq hectares. Il était membre de l’équipe de maintenance en environnement de sa communauté.  

Selon les informations obtenues par sa mère, la recrue serait tombée dans un trou de quelques pieds en combattant l’incendie. Il aurait par la suite évoqué à des collègues avoir subi un malaise, dont la cause est inconnue pour le moment.  

Ils ont tout essayé

M. Nottaway aurait ensuite perdu connaissance, peu de temps après avoir bu de l’eau. Des secouristes ont tout tenté afin de le réanimer sur place, en vain, a assuré la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU). 

«C’est fréquent qu’on fasse appel à de la main-d’œuvre auxiliaire, a expliqué Mélanie Morin, porte-parole de la SOPFEU. Ils reçoivent la même formation et agissent sous la supervision des pompiers.»  

Contrairement à ce qui a été véhiculé après son décès, l’homme n’aurait pas été brûlé, a souligné Mme Morin. Au lendemain du drame, la mère du défunt ne comprenait toujours pas ce qui avait pu se produire. Elle espère trouver des réponses à ses questions dans le rapport d’autopsie. À sa connaissance, son fils n’avait aucun problème de santé.  

«[Isaiah] commençait à peine sa vie. Il voulait des enfants. Il s’occupait de son neveu comme si c’était son propre garçon, a confié Mme Nottaway, mère de quatre autres enfants. Il était vraiment simple.»  

La CNESST enquête

Le feu d’origine inconnue était maîtrisé au moment du drame. Les flammes auraient pris naissance dans le bâtiment secondaire d’une résidence du secteur. Le petit mont rocailleux, situé près de résidences et d’une autoroute, s’avérait être un lieu de travail difficile, selon la SOPFEU.  

Pour le moment, les autorités ne font aucun lien entre la mort de M. Nottaway et ses fonctions de combattant qualifié. La CNESST mènera toutefois son enquête pour en avoir le cœur net.