/finance/realestate

Record du nombre de transactions immobilières en juillet dans le Grand Montréal

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le nombre de transactions immobilières a atteint un record d’activité au mois de juillet.

C’est ce que rapporte l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) en se basant sur les données du système Centris.

Au mois de juillet, 3698 ventes résidentielles ont été conclues dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, soit une hausse de 16% par rapport au mois correspondant l’an dernier.

«L’accélération de l’activité que l’on connaît depuis le début de l’année a atteint son apogée avec un mois de juillet marqué par le meilleur taux de croissance mensuelle depuis mai 2017», a indiqué Nathalie Bégin, présidente du conseil d’administration de l’APCIQ, dans un communiqué.

«Ce qui est remarquable, c’est qu’une telle vigueur du marché de la revente se manifeste encore, après 53 mois consécutifs de hausse de l’activité immobilière à Montréal», a-t-elle ajouté.

Les six secteurs de la RMR de Montréal ont enregistré des augmentations du nombre de transactions en juillet par rapport à juillet 2018, avec des croissances de ventes immobilières particulièrement marquées à Saint-Jean-sur-Richelieu (75%) et à Laval (48%).

À l’échelle de la RMR, le «plex» est la catégorie de propriété qui a affiché la plus forte progression des ventes en juillet avec une augmentation de 23%. Les copropriétés et les maisons unifamiliales ont aussi enregistré des hausses de ventes identiques de 16%.

Les prix médians ont eux aussi continué de croître.

Au mois de juillet, le prix médian des maisons unifamiliales dans la RMR de Montréal a atteint 357 000 $, soit 6% de plus que l’an dernier à la même période. Le prix médian des copropriétés a progressé de 5% en un an, pour s’établir à 278 600 $, tandis que celui des plex a bondi de 10 % pour atteindre 583 000 $.

Baisse du nombre de propriétés à vendre

Le nombre de propriétés sur le marché a par sa part diminué.

«La tendance baissière qui a débuté en octobre 2015 s’est poursuivie pour un 43e mois consécutif, accélérant le resserrement du marché dans un contexte où, parallèlement, l’activité pousse les ventes à des niveaux record», note l’APCIQ.

En juillet, il y avait 16 898 inscriptions en vigueur dans le Grand Montréal en juillet dernier, soit 4335 de moins qu’en juillet 2018. Selon l’APCIQ, il s’agit de la plus importante baisse sur une base mensuelle depuis mars 2010.