/finance/homepage

Fonds pour la fermeture de Gentilly-2 : des millions encore inutilisés

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Le fonds créé en 2012 afin de compenser la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 de Bécancour est encore loin d'être à sec. 47 des 200 millions de dollars qu'il contenait à l'origine sont toujours disponibles pour d'autres projets d'investissement en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Le programme d'aide devait prendre fin en 2018. Le gouvernement Couillard en avait toutefois prolongé l'existence jusqu'en 2023. Il avait également élargi les critères pour en améliorer l'accessibilité.

Selon le bilan mis à jour fourni par le ministère de l'Économie et de l'Innovation, ce sont en tout 531 demandes d'assistance financière qui ont été accordées depuis le début soit 240 pour la Mauricie et 291 pour le Centre-du-Québec où se trouvait la centrale nucléaire.

Près de 125 millions de dollars ont ainsi été investis en grande partie sous forme de prêts. L'aide la plus importante, 6 millions de dollars, a été attribuée à ProjetBécancour.ag pour la réalisation d'une étude de faisabilité en vue de la construction à Bécancour d'une usine de méthanol et d'urée. La plus petite, 7428$, est allé à l'Auberge Godefroy de Bécancour également.

Le maire de Bécancour observe que l'assouplissement des critères du fonds a amené plus d'eau au moulin.

«Contrairement à la période d'avant, il y a beaucoup de projets qui ont été présentés. Je vous donnerais l'exemple du Complexe Équestre de Bécancour. Le fonds a pu intervenir alors qu'il ne le pouvait pas auparavant. Ça a d'ailleurs donné lieu au gigantisme que comporte ce projet», note avec satisfaction Jean-Guy Dubois.

Le fonds devrait dorénavant englober dans les projets admissibles la culture en serre de cannabis. Ce type de culture avait été banni de ses critères lors de la légalisation de la marijuana.

Des informations obtenues par TVA Trois-Rivières veulent que le gouvernement Legault s'apprête à revoir cette décision à la grande satisfaction du consultant en cannabis médical Blak D Blackburn.

«Ce qu'on apprend c'est que le fonds maintenant va pouvoir s'ouvrir aussi aux industries de cannabis. Donc c'est une grande journée aujourd'hui. Pour la première fois au Québec il y a ouverture au financement avec des fonds publics envers le cannabis», de dire Daniel Blackburn de la clinique Vert Médic.