/news/currentevents

Vol de données à Revenu Québec: un homme et une femme de Québec arrêtés

Agence QMI

Quelque 23 000 employés de Revenu Québec sont touchés par une fuite de renseignements personnels, a-t-on annoncé mercredi matin.

«Un membre du personnel a transféré, hors des lieux de travail de l’organisation, des renseignements personnels concernant 23 000 personnes regroupant d’actuels et d’anciens employés de l’organisation», a-t-on indiqué dans un communiqué.

Des employés de certains prestataires de service sont aussi affectés.

Revenu Québec soutient toutefois que «rien n’indique» que les données ont été vendues ou utilisées à des fins malveillantes.

La Sûreté du Québec a été saisie de la situation le 25 juillet dernier.

Le corps policier a indiqué dans un communiqué qu’il avait procédé mercredi à deux arrestations dans cette affaire, une femme âgée de 39 ans et un homme âgé de 46 ans de Québec.

Une perquisition a également été effectuée dans une résidence de Québec.

Ressources humaines

L’ensemble des employés de Revenu Québec a été avisé mercredi matin par la direction de l’organisme gouvernemental.

Les données proviennent des dossiers du service des ressources humaines. Dans la quasi-totalité des cas, il s’agit du nom et prénom des employés et de leur numéro d’assurance sociale.

L’employé en cause avait «légitimement accès à ces données dans l’exercice de ses fonctions» et il a été relevé rapidement de ses fonctions, a-t-on précisé dans le communiqué.

Revenu Québec affirme avoir attendu avant de divulguer la situation pour «ne pas nuire à l’enquête policière et d’éviter ainsi de compromettre tout élément de preuve».

Les dossiers fiscaux des citoyens n’ont pas été exposés par la fuite.

«Cette situation est prise très au sérieux. Tous les moyens nécessaires seront mis en œuvre afin de protéger les renseignements personnels de nos employés, de sorte que soit évitée toute atteinte à leur vie privée», a souligné M. Carl Gauthier, le président-directeur général de Revenu Québec.

En soirée, le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) s’est dit inquiet.

«L'employé de Revenu Québec qui avait légitimement accès à ces données dans l'exercice de ses fonctions n'est pas un membre du SPGQ. Cependant, le syndicat s'alarme que les renseignements personnels de certains de ses membres puissent avoir été subtilisés», a affirmé Line Lamarre, présidente du SPGQ, dans un communiqué.

Le syndicat qualifie par ailleurs de discutables la réponse et les actions de la direction de Revenu Québec dans ce dossier, déplorant que «la direction de Revenu Québec ait été informée de la situation dès le 25 juillet, tandis que ses employés n'ont été informés qu'aujourd'hui, soit 13 jours plus tard».

Selon le SPGQ, cette situation démontre qu’il y a «manifestement urgence de mettre en place des mécanismes empêchant un employé de quitter le bureau avec des données sensibles».

Le syndicat déplore aussi ne pas avoir été informé plus tôt par la direction de Revenu Québec qu’une telle situation s’était produite.