/regional/saguenay

Rétention des jeunes employés: des employeurs à bout de souffle

Kate Tremblay | TVA Nouvelles

Trouver un emploi au Saguenay-Lac-Saint-Jean, c'est facile dans le contexte économique actuel! Sauf que devant l'abondance des offres disponibles, les jeunes ont tendance à prendre moins au sérieux leur travail, puisqu'ils sont quasi assurés d'en trouver un autre rapidement s'ils sont insatisfaits.

Le problème, c'est que ce sont les employeurs qui en paient le prix, parce qu'ils investissent des sommes d'argent importantes pour former ces jeunes travailleurs qui, au final, choisiront de quitter après quelques jours seulement.

Ils doivent être créatifs pour limiter leurs pertes financières et surtout convaincre les jeunes de rester à l'emploi.

La propriétaire du restaurant Les quatre cents coups de Jonquière a récemment décidé de ne plus payer ses futurs employés en formation si elle n'est pas convaincue qu'ils resteront à l'emploi. Elle estime avoir perdu plus d'un millier de dollars en formations inutiles au cours des derniers mois.

«Avant je payais, mais ils partaient au bout d'une semaine parce qu'ils ne sont pas satisfaits, explique Linda Girard. C'est arrivé aussi que des gens viennent faire quelques jours seulement pour se qualifier à l'assurance-emploi. Je ne veux pas généraliser, mais c'est plus difficile pour les jeunes d'aujourd'hui d'être assidus et présents.»

Grande séduction

Karine Robillard est directrice des ressources humaines chez Canmec depuis 13 ans et jamais elle n'a eu autant de difficulté à dénicher de nouveaux employés.

«C'est nous les entreprises qui devons nous vendre maintenant et qui devons démontrer ce qu'on offre de différent ou encore de plus attractif que le compétiteur», précise-t-elle.

Flexibilité dans les horaires de travail, possibilité de télétravail, aménagement d'un coin-repas à l'extérieur... L'entreprise doit faire preuve d'ouverture et de souplesse pour convaincre les futurs travailleurs qu'elle a plus à offrir.

«Comparativement à avant où c'était plus une question salariale, maintenant ce sont des conditions de travail intéressantes et une qualité de vie que les gens cherchent», ajoute-t-elle.

La compagnie promet même une prime de 1000 dollars à tout employé qui lui dénichera un nouveau travailleur.

Les organismes qui aident les jeunes à la recherche d'un emploi ont, eux aussi, dû adapter leur offre de services aux nouvelles réalités du marché du travail.

C'est le cas du Carrefour Jeunesse-Emploi de Saguenay qui tenait une journée portes ouvertes ce mercredi dans ses locaux de Jonquière.

«C'est de dire aux employeurs de ne pas se décourager, affirme la directrice, Isabelle Gagnon. Des fois les jeunes, c'est difficile pour eux de se lever le matin, d'intégrer la routine, mais nous on est là pour les aider, pour leur donner des conseils.»

Des intervenants de l'organisme vont aussi à la rencontre des jeunes dans les écoles parce que la persévérance scolaire a un impact direct sur le marché du travail.