/news/currentevents

La radiobalise était fonctionnelle et aurait pu émettre un signal

TVA Nouvelles

La radiobalise de détresse qui se trouvait dans l’hélicoptère du PDG de Savoura aurait émis un signal de détresse qui aurait permis de le retrouver plus rapidement si elle avait été mise en fonction, selon le Bureau de la sécurité des Transports.

Rappelons que le BST a informé vendredi dernier que la radiobalise de détresse avait été retrouvée en position «OFF», ce qui l’avait empêché d’émettre un signal quand l’appareil s’est écrasé près du lac Valtrie, dans les Laurentides.

«Celle-ci était fonctionnelle, sa batterie était à sa pleine capacité et elle aurait émis un signal de détresse suite à l’impact si l’interrupteur avait été à la position "ARM". L’antenne reliée à la radiobalise était en bonne condition et aurait transmis le signal de détresse», a écrit le BST dans son communiqué.

L'interrupteur de ces balises peut être placé en position «OFF» (désactivée) ou ARM (activées). Quand elle est en fonction, la balise émet un signal lorsqu'un choc est encaissé par l'appareil.

Il a fallu deux semaines de recherche sur un énorme territoire boisé et montagneux pour finalement retrouver l'hélicoptère dans lequel se trouvaient Stéphane Roy et son fils de 14 ans, Justin, parce que les secours n'avaient aucun signal de la balise. Pendant les recherches, on avait évoqué la possibilité que la balise avait été endommagée lors de l'écrasement et que c'est pour cette raison qu'on ne retrouvait pas l'aéronef.

Finalement, après l'expertise de la balise, les enquêteurs du BST avaient déterminé que l'interrupteur était en position «OFF», ce qui explique pourquoi elle ne s'est pas déclenchée lors du choc.

Les corps des deux occupants du Robinson R44 ont été trouvés à proximité de la carcasse de l'appareil.

«Le BST tient à rappeler à toute la communauté aéronautique l’importance de confirmer que l’interrupteur des radiobalises installées dans les aéronefs soit en position « ARM » afin de réduire les délais dans les recherches et sauvetage d’un aéronef porté disparu, augmentant par le fait même les chances de survie des occupants.»

 

Dans la même catégorie