/finance/homepage

Les sociétés d’État injectent toujours des fortunes chez les géants du web

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Montréal

Même si le gouvernement du Québec s’est engagé à privilégier la publicité dans les médias d’ici, les sociétés d’État continuent de dépenser des fortunes en publicité chez les géants du web comme Google et Facebook.

En fait, plus du quart du budget publicitaire internet de la Société des alcools du Québec (SAQ), d’Hydro-Québec et de Loto-Québec aboutit toujours dans les poches de sites étrangers, révèlent des données fournies dans le cadre d’une demande d’accès à l’information.

À la SAQ, l’ensemble des investissements pour de la publicité sur internet s’est élevé à 2,85 millions $ durant l’exercice financier 2018-2019. De ce montant, Facebook a récolté 554 342 $, soit la part du lion, et Google, 313 117 $. La société d’État a aussi signé des ententes avec, entre autres, LinkedIn, Pinterest et Microsoft Online.

Pendant ce temps, les investissements pour obtenir un espace dans un média imprimé ont été de 242 204 $, une chute de 36 % par rapport à la cuvée précédente.

«Au cours des trois dernières années, c’est moins de 15 % de l’ensemble du budget qui a été dans Facebook et Google. [...] On essaie d’être là où les gens sont», répond la porte-parole Linda Bouchard.

Récolte de 753 553 $

Chez Hydro-Québec, 2,66 millions $ ont été déboursés en 2018 en placements publicitaires internet. Facebook et Google ont récolté ensemble 753 553 $, soit 28 % du budget pour ce type de publicité.

Si on regarde pour la même période les investissements pour obtenir une visibilité dans des quotidiens ou des hebdomadaires imprimés, le fournisseur d’électricité a injecté 215 113 $ l’an dernier. Il s’agit d’une baisse de 41 % par rapport à 2017.

Fait intéressant, Hydro-Québec avait tourné le dos aux investissements sur la plateforme de Mark Zuckerberg en 2016 et en 2017. Or, de janvier à juin dernier, le fournisseur d’électricité a déjà injecté 103 530 $ sur Facebook.

Quant à Google, si la tendance se maintient, 2019 pourrait s’avérer la plus importante année en termes d’investissements pour Hydro-Québec. En l’espace de six mois, ce sont 325 968 $ qui ont été versés au géant du web.

«Nous avons toujours une présence fortement majoritaire dans les différents médias québécois», avance le porte-parole Louis-Olivier Batty. « C’est clair, par contre, que notre clientèle plus jeune favorise de plus en plus les plateformes web. Cela nous oblige à adapter nos stratégies », poursuit-il.

Du côté de Loto-Québec, la société d’État a injecté 2,58 millions $ pour l’ensemble de ses placements sur internet. Facebook a récolté la plus importante somme (837 234 $), suivie de Google (513 876 $). Ces deux joueurs ont raflé 52 % du butin.

Quant aux investissements dans les imprimés, le montant a été de 272 789 $ (+29 %).

Encourager les médias locaux?

Au printemps, questionnée sur les actions que Québec pourrait mettre en place pour aider les entreprises médiatiques à traverser la crise qui frappe l’industrie, la ministre de la Culture Nathalie Roy avait répondu qu’il fallait se pencher sur la question des dépenses publicitaires pour encourager davantage les médias locaux.

Par le passé, Ottawa a souvent été pointé du doigt pour ses dépenses publicitaires sur les plateformes étrangères. En 2017, le fédéral avait injecté pas moins de 16,8 millions $ en publicité sur des sites comme Google, Apple, Facebook et Amazon.

Investissements en placements publicitaires sur le web

Société des alcools du Québec (SAQ) (2018-2019)

Facebook : 554 342 $

Google : 313 117 $

Total des investissements sur internet : 2 851 643 $

Hydro-Québec (2018)

Facebook : 314 836 $

Google : 438 717 $

Total des investissements sur internet : 2 662 304 $

Loto-Québec (2018)

Facebook : 837 234 $

Google : 513 876 $

Total des investissements sur internet : 2 580 094 $

Dans la même catégorie