/news/politics

Nathalie Normandeau affirme être victime de préjudice

Véronique Morin | Agence QMI

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Au lendemain de son départ surprise de la radio, l'ancienne vice-première ministre du Québec Nathalie Normandeau, accusée notamment pour fraude et corruption, estime qu'elle a été condamnée par le public avant d'être jugée.

«Je vis d'énormes préjudices dans ma vie privée. Je suis dépeinte comme la fille criminelle, la libérale corrompue», a déploré celle qui a annoncé jeudi qu’elle ne sera pas de la rentrée sur les ondes de la station de Québec BLVD.

En entrevue à l'émission Avocats à la barre de QUB radio, Nathalie Normandeau s'est vidé le coeur. Elle s'est dite révoltée que les «125 députés de l'Assemblée nationale l'aient boycotté» quand ils ont décidé de ne plus lui accorder d'entrevue.

«Pour moi, c'est une dérive sur le plan de la justice qui devrait interpeller tous les députés de l'Assemblée nationale», a-t-elle dit au micro de Me François-David Bernier.

L’ancienne ministre est aussi revenue sur les circonstances de son arrestation, il y a plus de trois ans.

«Jamais je n'aurais pensé que le 17 mars 2016, ma vie basculerait ainsi», a ajouté Nathalie Normandeau, qui souhaite raconter sa version des faits dans un livre qu'elle écrira prochainement.